service-a-la-clientele

Origines de la fête du Travail

Imaginez que l’on vous traite de criminel parce que vous ne travaillez pas douze heures par jour. Que l’on vous jette en prison pour avoir protesté contre des conditions de travail dangereuses. C’était la réalité des travailleurs canadiens il y a un peu moins d’un siècle et demi. Nous célébrons la fête du Travail pour souligner le progrès qui a été fait en ce qui a trait aux droits des travailleurs, dont nous bénéficions tous aujourd’hui.

Alors à quand remonte la fête du Travail telle que nous la connaissons aujourd’hui?

1869 – Les pauses-cafés ne mettent pas fin aux revendications

En 1869, le syndicat des typographes de Toronto (Toronto Typographical Union) a osé demander de réduire la semaine de travail, qui était de 72 heures. Une telle demande était alors considérée comme un véritable complot, totalement utopique. Elle a aussitôt été rejetée par les propriétaires de l’imprimerie et par George Brown, politicien et rédacteur en chef du Toronto Globe.

1872 – Mouvement pour une journée de travail de neuf heures

En 1872, la revendication d’une semaine plus courte a donné naissance au « Mouvement pour une journée de travail de neuf heures ». Faisant face à un refus obstiné des autorités, le syndicat des typographes de Toronto a déclenché une grève le 25 mars 1872 et, le 14 avril, les travailleurs sont descendus dans la rue pour manifester. Cette manifestation a connu un vif succès puisque, de 2 000 travailleurs qu’elle comptait au début, la marche s’est terminée avec plus de 10 000 sympathisants.

À cette époque, les activités syndicales, y compris les grèves, étaient illégales au Canada. George Brown a pris des mesures à l’encontre des grévistes en les faisant arrêter et emprisonner pour conspiration. Bon nombre de Canadiens ont été indignés d’apprendre l’existence de lois antisyndicales, lesquelles avaient été créées en 1792 pour protéger le commerce.

Les Canadiens ont vivement protesté contre ces arrestations, et le premier ministre de l’époque, Sir John A. Macdonald, fort du soutien des travailleurs, a décidé d’abolir les lois antisyndicales. Le 14 juin 1872, la Loi sur les syndicats ouvriers a été promulguée, légalisant ainsi les syndicats.

Après 1872 – Un sacrifice à court terme, un bénéfice à long terme

Parmi les grévistes arrêtés, plusieurs ont perdu leur emploi et dû quitter la ville. Toutefois, grâce à leur courage et à la nouvelle Loi, tous les syndicats ont par la suite exigé des semaines de travail plus courtes. Le soutien au Mouvement pour une journée de travail de neuf heures et à la grève des imprimeurs a donné lieu à une parade et à une célébration annuelles.

1882 – Fête du Travail américaine

En 1882, Peter McGuire, un dirigeant syndical américain, a assisté au festival ouvrier annuel à Toronto. De retour aux États-Unis, il a organisé la première fête du Travail américaine, le 5 septembre.

1894 – Première fête du Travail canadienne

Réagissant aux pressions de plus en plus importantes qu’exerçait le public, le 23 juillet 1894, le premier ministre Sir John Thompson a promulgué une loi officialisant la fête du Travail comme étant un jour férié national. À Winnipeg, cette année-là, un gigantesque défilé de la fête du Travail s'est étiré sur cinq kilomètres, et la tradition de célébrer la fête du Travail s’est rapidement propagée partout au Canada.