Produits

Revue des marchés trimestrielle : en exclusivité pour les clients des Portefeuilles Maestro

Si vous voulez mieux comprendre ce qui se passe sur les marchés, lisez notre revue trimestrielle commentée par Les Grober, vice-président principal, Solutions de portefeuille à Placements Mackenzie. S’adressant exclusivement aux clients du Groupe Investors détenant des titres des Portefeuilles Maestro, M. Grober passe en revue certains des facteurs ayant touché particulièrement les investisseurs au quatrième trimestre de 2017.

Les points à retenir

  • Solide trimestre pour les actions et forte hausse des marchés
  • Croissance vigoureuse et synchronisée des économies mondiales
  • Performance toujours aussi satisfaisante des Portefeuilles Maestro, grâce aux sommets presque sans précédent des marchés boursiers à la fin de l’année
  • Les trois Portefeuilles Maestro toujours surpondérés en actions et sous‑pondérés en titres à revenu fixe

Flambée des act

Au moment même où il était permis de croire qu’ils ne pourraient guère faire mieux, les marchés boursiers ont inscrit leur meilleur rendement trimestriel de l’année. Dans le dernier trimestre de 2017, l’Indice MSCI mondial a gagné 5,6 %, le S&P 500 a enregistré un gain de 6,6 % et l’indice boursier japonais a progressé de 8,7 %. L’indice composé S&P/TSX canadien, même s’il a été le moins performant parmi les pays développés l’an dernier, a monté de 4,4 %. En 2017, les marchés boursiers américains ont inscrit une tenue exceptionnelle, en progressant de près de 22 %, notamment en prévision de la réforme fiscale adoptée en décembre; or, selon M. Grober, c’est aussi parce que la croissance des bénéfices des entreprises américaines a été vigoureuse.

Reprise concertée de l’économie mondiale</h2>

Si les marchés boursiers mondiaux ont si bien fait pour la première fois depuis la récession, c’est parce que la plupart des grandes puissances économiques progressent fortement au même rythme, selon M. Grober, ce qui dynamise les marchés et rehausse la confiance des consommateurs. L’inflation toujours aussi léthargique, l’atonie sans précédent de la volatilité et les politiques conciliantes des banques centrales sont d’autres facteurs qui expliquent la progression des marchés boursiers et l’amélioration de la croissance. L’économie se rapproche également de la fin d’un cycle, et une meilleure synchronisation de la croissance mondiale en est généralement le signe. « Les pays ont traversé jusqu’à maintenant différentes phases de leur reprise économique, et il n’est guère étonnant qu’ils soient tous en train de progresser à l’unisson », explique‑t‑il.

Le Canada, bon dernier

On ne peut pas dire que le marché canadien a connu une progression aussi fulgurante durant l’année écoulée. Bien qu’il ait gagné 9,1 %, il a inscrit le pire rendement parmi les pays développés; nous sommes loin de 2016, année où il avait connu sa meilleure performance. Il s’est repris au dernier trimestre, selon M. Grober, ce qui n’a toutefois pas été suffisant. La léthargie du secteur de l’énergie explique ce piètre rendement, même si les cours du pétrole ont monté d’environ 17 % durant le dernier trimestre de 2017. Cette léthargie peut en partie s’expliquer par les cours du gaz naturel, qui ont chuté de plus de 20 % au cours du trimestre, avant de rebondir en fin d’année. Cette situation a pesé sur l’industrie canadienne de l’énergie. « Les cours du pétrole et les actions des sociétés énergétiques ont fortement divergé au quatrième trimestre », précise M. Grober.

Plus de spéculation

Au quatrième trimestre, on ne peut pas dire que les actions ont été au cœur des préoccupations des investisseurs. C’est plutôt le bitcoin qui revenait sur presque toutes les lèvres. Si l’ascension de la cryptomonnaie n’a eu aucune incidence sur la grande majorité des investisseurs canadiens, elle est le signe que certains ont des ambitions plus spéculatives que durant les trimestres précédents, affirme M. Grober. Les actions de nombreuses entreprises dans les secteurs des cryptomonnaies et de la chaîne de blocs se sont emballées, comme l’avaient fait, à la fin des années 1990, certains titres d’entreprises Internet et de réseaux de données. Bien qu’il n’y ait pas lieu de s’en inquiéter outre mesure, il s’agit d’un autre indice d’un cycle qui traverse une phase plus mature. « Ce type de spéculation n’est pas conseillable », déclare M. Grober.

Solide tenue des Portefeuilles Maestro

Les Portefeuilles Maestro ont connu un solide trimestre, tous les trois ayant progressé au cours de la période. Ces gains s’expliquent par une tenue prodigieuse en Asie‑Pacifique – « Il s’agit d’une performance exceptionnelle sur l’ensemble de l’année », selon M. Grober – ainsi qu’en Europe. Le fonds d’actions canadiennes à faible volatilité de ces trois portefeuilles a également bien tiré son épingle du jeu durant le trimestre, puisqu’il a été moins exposé aux actions des secteurs des ressources et de l’énergie, qui ont tenu en laisse le marché canadien. « En évitant ces secteurs, nous avons pu connaître un rendement exceptionnel au Canada », dit‑il.

Nouveaux FNB

Si la répartition de l’actif des Portefeuilles Maestro n’a guère bougé durant le trimestre, M. Grober les a en fait enrichis de deux nouveaux FNB : le FINB Diversification maximale Marchés développés mondiaux Mackenzie et le FINB Diversification maximale Canada Mackenzie. Ces deux fonds permettent de mieux diversifier la tranche des actions à faible volatilité des portefeuilles, qui représentent près de 30 % du fonds. « C’est comme si, à terme, on procédait à des transactions à faible volume, sans nécessairement que ce soit étroitement corrélé à cette tranche du portefeuille, indique M. Grober. Ces FNB nous permettent de miser sur la diversification maximale d’une région géographique précise. »

Une année qui s’annonce plus difficile

À bien des points de vue, 2017 n’a pas été une année comme les autres. La volatilité n’a jamais été aussi faible, et pour la première fois dans les annales, le marché boursier américain n’a pas connu un seul mauvais mois. Bien que les marchés boursiers soient appelés à rester bien orientés en 2018, selon M. Grober, il y aura plus de hauts et de bas. Les banques centrales continueront de normaliser leur politique monétaire et l’inflation reprendra de plus belle. « Les actions devraient continuer de faire mieux que les obligations; toutefois, la hausse de la volatilité sera plus palpable qu’en 2017 », conclut‑il.

10 principaux placements et répartition du portefeuille

Portefeuille de revenu équilibré Maestro 

10 principaux placements
au 31 décembre 2017
Répartition du portefeuille au 31 décembre 2017
Fonds d’actions canadiennes à faible volatilité Investors  
12.4%
Fonds d'actions étrangères 
35.8%
Fonds d’actions mondiales à faible volatilité Investors  
11.9%
Fonds d'actions canadiennes
23.1%
Fonds hypothécaire et de revenu à court terme Investors
8.6%
Fonds de revenu
37.0%
Fonds d'obligations canadiennes IG 
8.6%
Fonds de biens immobiliers Investors 
5.0%
Fonds d'obligations de sociétés canadiennes Investors
7.6%
Trésorerie et équivalents de trésorerie
-0.9%
Fonds canadien Valeur grande capitalisation Investors
5.0%
 
100.0%
Fonds de biens immobiliers Investors
5.0%
   
Fonds de revenu IG Mackenzie
4.6%
 
Fonds d'actions panasiatiques Investors 
4.6%
 
Fonds d'actions européennes Investors
4.6%
 
Pourcentage total des 10 principaux placements 
72.4%
   
Nombre total de placements 
23
 
         
     

Portefeuille équilibré Maestro

10 principaux placements
au 31 décembre 2017
Répartition du portefeuille
au 31 décembre 2017
Fonds d'actions canadiennes à faible volatilité Investors
13.7%
Fonds d'actions étrangères 
43.2%
Fonds d'actions mondiales à faible volatilité Investors
13.6%
Fonds d'actions canadiennes
27.7%
Fonds hypothécaire et de revenu à court terme Investors
7.1%
Fonds de revenu
24.9%
Fonds canadien Valeur grande capitalisation Investors
6.1%
Fonds de biens immobiliers Investors 
5.0%
Fonds d'actions panasiatiques Investors 
5.6%
Trésorerie et équivalents de trésorerie
-0.8%
Fonds d'actions européennes Investors
5.6%
 
100.0%
Fonds d'obligations canadiennes IG
5.6%
       
Fonds de biens immobiliers Investors
5.0%
       
Fonds de croissance d'actions canadiennes IG Mackenzie
4.5%
       
Fonds d'obligations de sociétés canadiennes Investors
4.1%
       
Pourcentage total des 10 principaux placements 
71.4%
       
Nombre total de placements 
23
       
           
       

Portefeuille accent croissance Maestro

10 principaux placements
au 31 décembre 2017
Répartition du portefeuille
au 31 décembre 2017
Fonds d'actions canadiennes à faible volatilité Investors
15.7%
Fonds d'actions étrangères 
48.9%
Fonds d'actions mondiales à faible volatilité Investors
15.2%
Fonds d'actions canadiennes
32.3%
Fonds canadien Valeur grande capitalisation Investors
7.1%
Fonds de revenu
14.7%
Fonds d'actions européennes Investors 
6.6%
Fonds de biens immobiliers Investors 
5.0%
Fonds d'actions panasiatiques Investors 
6.6%
Trésorerie et équivalents de trésorerie
-0.9%
Fonds de croissance d'actions canadiennes IG Mackenzie
5.6%
 
100.0%
Fonds de biens immobiliers Investors
5.0%
       
Fonds de croissance É.-U. IG Putnam
4.5%
       
Fonds global Investors
4.5%
       
Fonds d’actions américaines à faible volatilité IG Putnam
4.5%
       
Pourcentage total des 10 principaux placements 
75.3%
       
Nombre total de placements 
23
       
                 

Le présent commentaire est publié par le Groupe Investors. Il est offert à titre d'information générale seulement. Il ne vise pas à prodiguer des conseils de placement ni à faire la promotion d'un placement donné. Il se peut que le Groupe Investors ou ses fonds de placement, ou encore les portefeuilles gérés par nos conseillers externes, détiennent certains des titres mentionnés dans ce texte. Aucun effort n'a été ménagé pour assurer l'exactitude de l'information contenue dans ce commentaire à la date de publication. Toutefois, le Groupe Investors ne garantit ni l'exactitude, ni l'exhaustivité de cette information et décline toute responsabilité relativement à toute perte découlant de cette information. Produits et services de placement offerts par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet en planification financière). Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. est membre du Fonds canadien de protection des épargnants.

Tout investissement dans un fonds de placement peut donner lieu à des commissions ainsi qu'à des frais. Vous êtes prié de lire le prospectus avant d'investir. Les fonds de placement ne sont pas des placements garantis, les valeurs fluctuent régulièrement et le rendement passé n'est pas garant du rendement futur.

© Groupe Investors Inc., 2018. La reproduction ou la distribution de ces commentaires, sous quelque forme que ce soit, est strictement interdite sans le consentement écrit du Groupe Investors. Veuillez lire la Notice juridique pour en savoir plus sur l’usage autorisé de ce document.