Suis-je sur la bonne voie pour ma retraite?

C’est une très bonne question, et la réponse dépend des décisions que vous avez prises (ou que vous prendrez).

Bâtir votre plan de retraite

Un conseiller du Groupe Investors peut vous aider à calculer combien vous devez épargner pour votre retraite et comment concilier cette épargne avec vos priorités actuelles.

Questions fréquentes sur la planification successorale   

  • Devrais-je cotiser à mon REER?

    Oui – Il est très important pour la planification de votre retraite de cotiser à votre REER. En effet, vos cotisations contribueront à réduire votre revenu imposable et vos économies s’accroîtront de façon exponentielle au fil du temps grâce à la croissance à imposition différée, aussi longtemps que vous conserverez vos placements.

  • Puis-je effectuer des retraits de mon REER?

    Oui, mais non sans conséquence. Bien que rien ne vous empêche techniquement d’accéder aux fonds de votre REER, vous devriez éviter à tout prix de le faire, car toute somme retirée sera imposée à votre taux marginal d’imposition. De plus, le montant que vous pouvez verser dans un REER au cours de votre vie est limité. Autrement dit, vous ne pourrez jamais plus verser de nouveau la somme retirée de votre REER.

    Bien que le Régime d’accession à la propriété et le Régime d’encouragement à l’éducation permanente permettent de faire des retraits d’un REER en franchise d’impôt et de rembourser ensuite le montant retiré, il est impossible de remplacer le rendement à impôt différé perdu en raison de ces retraits.    

  • Puis-je effectuer un retrait de mon CELI?

    Oui. Il est d’ailleurs beaucoup plus avantageux fiscalement d’effectuer un retrait de votre CELI que de votre REER puisqu’il n’entraîne aucun prélèvement d’impôt. De plus, vous pouvez y remettre la somme retirée au cours d’une année ultérieure.    

  • À quel moment devrais-je cotiser à mon REER?

    Bien qu’il soit possible d’attendre la date limite pour cotiser annuellement à votre REER, vous pouvez obtenir un rendement supérieur en cotisant plus tôt au cours de l’année.

    Si vous cotisez chaque année à votre REER le 1er janvier, vous disposez de plus de temps pour le faire croître, ce qui peut bonifier de façon appréciable le montant de votre épargne-retraite. Vous pouvez aussi verser des cotisations mensuelles si vous n’êtes pas en mesure de faire une cotisation forfaitaire en début d’année.

  • Devrais-je inclure la cotisation à mon REER dans ma déclaration de revenus de cette année?

    Si vous prévoyez que vos revenus augmenteront considérablement dans les années à venir, vous pourriez avoir avantage à reporter la déduction jusqu’à ce que votre fourchette d’imposition soit plus élevée.

    Par exemple,

    • Une cotisation de 10 000 $ déduite lorsque votre taux d’imposition est de 29 % vous permettra d’économiser 2 900 $.
    • Par contre, cette même cotisation de 10 000 $ déduite lorsque vous êtes imposé à un taux de 45 % se traduira par une économie de 4 500 $.