Dans les médias | Nouvelles financières | Groupe Investors

Quelle est la meilleure façon de retirer les fonds d’un REEE?

Il peut vous paraître lointain le temps où vous avez commencé à cotiser régulièrement au régime enregistré d’épargne-études (REEE) de votre enfant ou de votre petit-enfant. Et puis un jour, ça arrive! Dans un mois ou deux, cet « enfant » entrera au cégep ou à l’université, et vous commencerez à retirer les fonds accumulés dans son REEE.

Pour tirer le maximum des REEE, il convient d’adopter la stratégie la plus efficace. Elle permettra à l’étudiant de payer moins d’impôt et de profiter pleinement des avantages des PAE (paiements d’aide aux études). Les PAE sont effectués uniquement à partir des fonds constitués par la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE), le Bon d’études canadien (BEC) et les revenus générés par les cotisations versées dans le REEEsup class="reference">[1]. Voici cette stratégie.

  • Retirez le revenu avant de retirer des cotisations. Parce que vous êtes le souscripteur du régime de votre enfant, vous pouvez choisir de retirer les revenus de façon à ce que le PAE soit imposé au nom de l’enfant – et c’est le choix judicieux du point de vue fiscal, car les revenus de votre enfant seront probablement peu élevés.
  • Évitez de retirer les cotisations avant le début des études de votre enfant. Autrement, vous devrez rembourser la SCEE.
  • Répartissez les PAE sur toute la durée des études au lieu de tout retirer d’un seul coup. Cette solution évite à votre enfant d’être imposé sur un revenu considérable la première année et permet de tirer profit au maximum de ses taux marginaux d’imposition fort probablement plus bas sur plusieurs années.
  • Faites les bons retraits pour éviter la récupération. Vous aurez peut-être à rembourser une partie de la SCEE s’il reste des revenus dans le REEE une fois que votre enfant aura terminé (ou abandonné) son programme d’études postsecondaires. Pour éviter une récupération éventuelle de la SCEE, retirez d’abord les revenus du REEE avant d’en retirer les montants cotisés.
  • Assurez-vous d’avoir les fonds nécessaires au moment voulu. Avant de verser un PAE, l’administrateur de votre REEE exigera une preuve d’inscription. Vous avez donc intérêt à lui envoyer ce document le plus tôt possible.
  • Profitez des fonds restants. S’il reste encore des cotisations dans le régime après les études collégiales ou universitaires de votre enfant, vous pouvez en faire ce que vous voulez. Vous pouvez transférer l’argent dans le régime d’un autre enfant ou le retirer à des fins personnelles.

Les études peuvent être dispendieuses – et ce REEE que vous avez créé il y a de nombreuses années est sur le point d’être rentable. Un conseiller professionnel peut vous aider à prendre d’autres bonnes décisions pour la stabilité financière de votre famille et le financement des études de vos enfants ou petits-enfants sans créer d’endettement.

 

juin 26 2015

[1]La Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) et le Bon d’études canadien (BEC) sont offerts par le gouvernement du Canada. L’admissibilité au BEC dépend du niveau du revenu familial. Certaines provinces offrent des subventions d’épargne-études à leurs résidants.

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers) et par Valeurs mobilières Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet en planification financière), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à votre conseiller financier pour obtenir des