Les marchés cette semaine

Partager

           

Actions et obligations réagissent à peine à la flambée du pétrole et à la baisse des taux de la Fed

20 septembre 2019

La plupart des grandes places boursières ont fini la semaine à peu près où elles l’avaient commencée, malgré la multiplication des risques géopolitiques, la baisse des taux de la Fed et la dégradation des prévisions de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui s’attend à ce que l’économie mondiale connaisse son rythme de croissance le plus lent depuis la crise financière de 2008. Les ÉtatsUnis et la Chine se sont abstenus de tout discours antagoniste, d’où l’accalmie sur le front commercial : il semble que de part et d’autre, l’on veuille éviter l’escalade avant le 70e anniversaire du régime communiste chinois le 1er octobre. Vendredi, la déclaration du président américain Donald Trump selon laquelle il n’était pas intéressé à un « accord partiel » avec la Chine et l’annulation d’une visite de fermes américaines par une délégation chinoise ont fait reculer les marchés.

Dans la foulée de l’attentat de la fin de semaine dernière contre les installations saoudiennes de production et de transformation du pétrole, qui a retranché plus de 5 % de l’offre mondiale, les cours du brut ont d’abord bondi d’environ 20 %. Mais puisque les ÉtatsUnis se sont engagés à puiser dans leur réserve pétrolière stratégique et que l’Arabie saoudite prévoyait un rétablissement complet de ses installations d’ici la fin du mois, les cours ont brusquement décroché de leurs sommets. Le brut West Texas Intermediate a fini la semaine en hausse de moins de 7 %. Les actions énergétiques ont inscrit de forts gains, et la multiplication des tensions régionales soutiendra probablement les prix pendant longtemps. Pourtant, la plupart des autres secteurs ont à peine réagi. Dans la discrète ruée sur les valeurs refuges, les cours de l’or ont légèrement monté, et au Canada comme aux ÉtatsUnis, les rendements obligataires ont perdu de 10 à 15 points de base sur la plupart des échéances.

Les marchés ont aussi timidement et brièvement réagi à la baisse largement attendue de 25 points de base du taux de la Fed. Les commentaires de la Fed ont d’abord paru un peu moins conciliants qu’escompté, ce qui a fait légèrement baisser les titres boursiers. Cependant, les marchés se sont tout de suite repris quand le président de la Fed, Jerome Powell, a ensuite ouvert la porte, à la conférence de presse, à au moins une autre baisse des taux, sauf si les risques s’amenuisent.

Au Canada, grâce au secteur de l’énergie, l’indice composé S&P/TSX a mieux fait que les autres marchés développés et s’est hissé à un nouveau sommet absolu. La hausse des cours de l’or a porté le secteur des matériaux, et la baisse des rendements obligataires a donné un coup de pouce aux services aux collectivités et à l’immobilier, sensibles aux taux d’intérêt. Le secteur de la santé a donné les pires résultats, puisqu’à nouveau, les risques réglementaires ont pesé sur les actions de cannabis. Le S&P 500 a fini la semaine sur une perte. Le secteur de la consommation discrétionnaire a tiré l’indice vers le bas, tandis que ceux des services aux collectivités, de l’immobilier et de l’énergie ont fait des gains. Au Canada comme aux ÉtatsUnis, les statistiques économiques ont été essentiellement meilleures que prévu, ce qui a calmé les craintes de récession.

En Europe, les places boursières ont eu des résultats contrastés. La Bourse italienne a plongé lorsque l’on a appris que l’ancien premier ministre Matteo Renzi quittait le Parti démocratique pour former son propre groupe. En effet, même s’il appuie toujours le gouvernement de coalition récemment formé, on craint que son départ finisse par provoquer de nouvelles élections. Au Royaume-Uni, les valeurs boursières ont reculé, car l’échéance du Brexit (le 31 octobre) approche à grands pas sans qu’on voie le moindre signe de déblocage des négociations. Au Japon, la Bourse a décollé quand on a annoncé que les ÉtatsUnis et le Japon pourraient conclure, d’ici quelques semaines, un accord commercial de principe. La spéculation a donné aux cours un nouvel élan lorsque la Banque du Japon a annoncé, après sa réunion de politique monétaire, qu’elle baisserait ses taux à sa prochaine réunion. Hong Kong et Shanghai se sont repliées sous l’effet des manifestations qui s’éternisent sur l’île et de la léthargie des statistiques chinoises sur les ventes au détail et la production industrielle.

 

 À surveiller la semaine prochaine :

Canada

  • Ventes dans le commerce de gros (juillet)

États-Unis

  • Indices Markit des directeurs des achats (septembre)
  • Indice de confiance des consommateurs du Conference Board (septembre)
  • Ventes de logements neufs (août)
  • Produit intérieur brut (données révisées pour le 2e trimestre)
  • Stocks des grossistes (août)
  • Revenus et dépenses des particuliers (août)
  • Commandes de biens durables (août)
  • Indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan (septembre)

Valeur des titres à la clôture hebdomadaire des marchés

INDICES BOURSIERS
Niveau Variation 1 semaine DDA 1 an 5 ans
      $ CA $ CA $ CA $ CA
S&P/TSX 16 899,69 + 217,27 + 1,30 % + 17,99 % + 4,22 % + 2,06 %
S&P 500 2 992,07 - 15,32 - 0,44 % + 16,28 % + 4,95 % + 12,48 %
DJIA 26 935,07 - 284,45 - 0,98 % + 12,49 % + 3,88 % + 13,52 %
FTSE 100 7 344,92 - 22,54 - 0,09 % + 4,18 % - 3,39 % - 0,10 %
CAC 40 5 690,78 + 35,32 + 0,07 % + 12,64 % + 0,46 % + 5,76 %
DAX 12 468,01 - 0,52 - 0,56 % + 10,57 % - 2,66 % + 5,71 %
Nikkei 22 079,09 + 90,80 + 0,70 % + 9,89 % - 0,03 % + 10,57 %
Hang Seng 26 435,67 - 917,02 - 3,45 % - 0,42 % - 1,03 % + 5,40 %
DEVISES
CA Variation
1 semaine DDA 1 an 5 ans
$ US 1,3276 - 0,0012 - 0,09 % - 2,65 % + 2,89 % + 3,90 %
Euro 1,4632 - 0,0081 - 0,55 % - 6,42 % - 3,70 % + 0,79 %
Yen 0,0123 + 0,0001 + 0,44 % - 0,75 % + 7,61 % + 4,19 %
Bons du Trésor canadiens Taux Variation PRODUITS DE BASE $ US Variation
3 mois 1,63 + 0,01 Pétrole 58,09 $ + 3,24 $
5 ans 1,42 - 0,09 Or 1 515,96 $ + 27,31 $
10 ans 1,38 - 0,13 Gaz naturel 2,65 $ + 0,03 $