Dans les médias | Nouvelles financières | Groupe Investors

Conseils pour les couples en union libre

De plus en plus de couples non mariés choisissent de vivre ensemble en prévision ou non d’un mariage. Le choix de vivre en union libre a des conséquences financières qui lui sont propres et c’est pourquoi les différents aspects de la relation doivent être soigneusement évalués.

Si vous vivez en union libre, ces quelques suggestions pourraient vous être utiles :

  • Fixez-vous des objectifs d’entrée de jeu. Vous et votre conjoint avez chacun des objectifs financiers, des ressources et des obligations propres. Discutez ouvertement de la manière dont vous réaliserez ensemble ces objectifs. Ce faisant, vous limiterez ou éliminerez les conséquences financières fâcheuses en cas de séparation.
  • Parlez-en. Dès le début de votre vie à deux, dites clairement ce que vous souhaitez dépenser, épargner et investir. De plus, discutez de la gestion de vos finances personnelles pour établir comment se fera le partage des factures et des dépenses.
  • Mettez-le par écrit. Pendant que vous filez le parfait amour, songez à signer devant juriste une convention qui régira vos relations. Ce document, communément appelé convention d’union de fait ou contrat de vie commune, vous évitera bien des soucis si une séparation était inévitable. Joignez à votre convention d’union de fait une liste des biens appartenant à chacun de vous.
  • Planifiez. Puisqu’au Québec un conjoint de fait n’est pas reconnu comme héritier légal lors du décès, prenez soin d’avantager votre conjoint dans votre testament si vous souhaitez qu’il hérite de vos biens.
  • Revoyez votre programme d’assurance. Revoyez vos désignations de bénéficiaire à l’égard de vos polices d’assurance vie.
  • Prenez une décision quant au mandataire. Pendant que vous disposez de toutes vos facultés, vous devriez désigner un mandataire au cas où vous deviendriez mentalement inapte.
  • Faites vos devoirs. Puisque certaines lois reconnaissent les conjoints de fait, renseignez-vous sur les effets de ces lois à l’égard de votre situation. Considérant que toutes les mesures fiscales s’adressent également aux conjoints de fait, vous devriez vous intéresser aux conséquences fiscales de votre relation.
  • Optimisez vos cotisations REER. Puisque les conjoints de fait sont reconnus par les lois fiscales, tirez avantage du fractionnement des revenus en cotisant au REER de votre conjoint.

Pour plus d’information, communiquez avec :

Carolyne Lord/Émilie Talbot-Hamon
Capital-Image
514-739-1188, poste 249/poste 232
clord@capital-image.com
ehamon@capital-image.com