Que faire si on n’a plus droit à l’assurance maladie ?

L’assurance maladie complémentaire prend fin quand on quitte son emploi. Nous vous expliquons ici comment composer avec cette situation.

test

Lorsqu’il s’agit de choisir un employeur, le salaire proposé est peut-être le facteur le plus important, mais ce n’est pas le seul. Les avantages sociaux tels que les soins dentaires et médicaux ou la physiothérapie influencent aussi notre choix. Plus ils sont intéressants, plus l’emploi a d’attrait.

Malheureusement, lorsqu’on quitte un emploi, peu importe la raison (licenciement, départ en retraite ou démarrage d’une entreprise), ces avantages prennent fin et on peut se retrouver à payer ses factures de médicaments et de soins dentaires. Voici comment se préparer à une vie sans avantages sociaux.

Vous disposez habituellement de 30 à 90 jours pour convertir la protection offerte par votre employeur en une protection individuelle auprès du même assureur. À défaut d’en profiter, vous perdez cet avantage.

Réagissez vite

Selon Bonnie Siemens, directrice, Mise en œuvre des produits d’assurance au Groupe Investors, la première étape consiste à s’y préparer. Vous disposez habituellement de 30 à 90 jours pour convertir la protection offerte par votre employeur en une protection individuelle auprès du même assureur. À défaut d’en profiter, vous perdez cet avantage. « Si vous dépassez la date limite de conversion, vous perdez la possibilité de maintenir votre protection », fait remarquer Bonnie Siemens.

Ce délai passé, vous devrez souscrire une nouvelle assurance avec le même fournisseur ou avec un autre. Le cas échéant, vous devrez subir un examen médical qui pourrait se traduire par des primes plus élevées ou des exclusions en raison d’affections préexistantes. Une protection d’assurance pourrait vous être refusée en raison de problèmes de santé, même si vous les gérez bien. « Dans le pire des scénarios, vous pourriez vous voir refuser toute protection », explique Bonnie Siemens.

Planifiez

Si vous prenez votre retraite, quittez un emploi ou craignez une mise à pied imminente, commencez à faire des recherches. Renseignez-vous sur la période pendant laquelle vos avantages sociaux demeurent en vigueur après votre départ, sur la date limite de conversion de votre régime et sur les protections qu’offre votre assureur.

D’après Bonnie Siemens, les gens qui passent d’un régime collectif à un régime individuel sont souvent consternés par le prix de ce dernier. « Ils n’en reviennent pas à quel point les coûts d’un régime individuel sont plus élevés. Leur employeur payait leur régime collectif en partie ou en totalité et ils se retrouvent à devoir assumer le coût total de leur régime individuel », explique-t-elle.

Établissez vos besoins

« Prenez le temps d’évaluer plusieurs régimes et assureurs, recommande Bonnie Siemens. Obtenez des devis, comparez les taux et établissez vos besoins réels. » Vous pourriez économiser en changeant de régime si vous n’avez pas d’affections préexistantes. Un autre fournisseur pourrait aussi vous présenter une meilleure offre. Certains ordres professionnels proposent aussi des assurances moins coûteuses.

Peu importe votre choix d’assureur, vous pouvez épargner en diminuant votre protection de soins dentaires ou en renonçant à des avantages comme les massages thérapeutiques. N’oubliez pas cependant qu’il s’agit d’assurance : elle ne sert pas à couvrir vos besoins actuels en matière de santé, mais à vous protéger contre d’éventuelles maladies. Si votre protection est limitée et qu’un membre de votre famille a un accident ou tombe gravement malade, vous pourriez avoir à payer des frais supplémentaires de votre poche.

La situation se complique à la retraite. La plupart des provinces paient les médicaments des personnes de plus de 65 ans et vous pensez peut-être que c’est suffisant. Sachez que de nombreux assureurs offrent une protection complémentaire à l’intention des aînés, qui couvre les soins dentaires, les frais d’hospitalisation, voire les voyages. « Recherchez les meilleures solutions de rechange et prévoyez assez d’argent pour payer votre protection », souligne Bonnie Siemens.

Surtout, sollicitez les conseils de votre conseiller financier lorsque vous quittez un emploi et perdez votre assurance. Assurez-vous d’avoir l’assurance maladie dont vous avez besoin et évaluez vos autres types de protection comme l’assurance invalidité et l’assurance vie. Une bonne assurance maladie coûte cher. Assurez-vous donc d’en avoir pour votre argent.

Ce document, rédigé et publié par le Groupe Investors, contient des renseignements de nature générale seulement. Son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement précis ni de fournir des conseils juridiques, fiscaux ou de placement. Les lecteurs auraient avantage à obtenir des conseils adaptés à leur situation personnelle auprès d’un conseiller du Groupe Investors. Produits et services d’assurance distribués par Services d’Assurance I.G. Inc. (au Québec, cabinet de services financiers). Permis d’assurance parrainé par La Great-West, compagnie d’assurance-vie (à l’extérieur du Québec).

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller