Avoir des passe-temps, c’est important !

Vous tricotez ou vous jouez aux fléchettes ? Sachez qu’avoir des loisirs est bénéfique. Cela pourrait même vous aider à mieux travailler.

test

D’aussi loin qu’elle se souvienne, Elisa Missio-Marocchi a toujours monté à cheval. En 1992, elle s’est essayée à l’attelage, une activité équestre qui consiste à mener une voiture tirée par un cheval. Ce qui, de prime abord, lui semblait intéressant est devenu une vraie passion.

Pour cette infirmière aux urgences, résidente de 100 Mile House, en Colombie-Britannique, l’attelage, qu’elle tente de pratiquer trois fois par semaine, est un bon moyen de relaxer. « Je me sens calme et heureuse quand je travaille avec des chevaux, confie-t-elle. Mener une voiture à cheval demande de la concentration ; je fais abstraction de mon quotidien quand je suis avec eux. »

Elisa Missio-Marocchi dit avoir eu de la chance de se découvrir une passion, surtout à une époque où la plupart d’entre nous avons des vies surchargées. Nos journées sont longues, et remplacer les heures de loisir par des heures passées sur nos téléphones intelligents n’aide pas à trouver du temps à consacrer à un véritable hobby.

Mais ne pas avoir de passe-temps – pratiquer un sport, collectionner des timbres ou tricoter – peut nous rendre moins productifs. Les études démontrent que les loisirs ont un effet bénéfique sur notre santé mentale et améliorent notre fonctionnement tant au travail qu’en dehors de celui-ci. Voici quelques-uns des bénéfices psychologiques à se consacrer à une passion durant nos moments libres

Une réduction du stress

« Avoir une activité en dehors du travail qu’on a hâte de faire et qui améliore l’estime de soi a un effet positif sur l’humeur et réduit le stress », explique Jaime Kurtz, professeure adjointe de psychologie à l’Université James Madison de Virginie. Quand on ressent de la frustration au travail, le fait d’accomplir quelque chose de ses mains après le travail peut en effet procurer un sentiment de satisfaction.

Certaines activités produisent ce qu’on appelle un « état de flux », une concentration intense qui fait perdre la notion du temps. « Les gens qui connaissent cet état disent avoir un niveau de bonheur supérieur et se sentir moins stressés », ajoute Jaime Kurtz.

Une étude réalisée au Royaume-Uni a révélé que lire réduisait le niveau de stress de 68 %, ralentissait le rythme cardiaque et détendait les muscles après six minutes seulement. Les participants d’une étude américaine ont dit se sentir 34 % moins stressés et 18 % moins tristes quand ils s’adonnaient à une activité récréative. Leur pouls était aussi plus lent, même plusieurs heures après la fin de l’activité.

Moins d’anxiété, plus de bonheur

Les activités qui demandent des mouvements répétitifs, comme le tricot, le tai-chi et le yoga sont particulièrement efficaces, car elles aident ceux qui les pratiquent à rester dans le moment présent. En occupant leur esprit, elles leur permettent de ne pas s’en faire à propos du travail. Elles agissent comme la méditation pleine conscience, une pratique qui s’est révélée efficace pour réduire l’anxiété et la dépression, précise Jaime Kurtz.

Suivre un cours de danse, faire partie d’un groupe de tricot ou participer à une compétition sportive permet aussi de rencontrer des gens aux intérêts similaires, ce qui induit une autre gamme d’émotions positives. « Je me suis fait des tas d’amis par mon activité équestre », confie Elisa Missio-Marocchi. « Notre vie sociale est l’un des plus grands facteurs de notre bonheur », confirme d’ailleurs Jaime Kurtz.

Une performance accrue au travail

Les loisirs peuvent également augmenter notre productivité. Une étude sur des commandants des forces aériennes américaines a montré que la pratique d’une activité créative, comme peindre ou faire de la musique, améliorait le rendement au travail, la capacité à résoudre des problèmes et à travailler en équipe. « Les participants revenaient au travail plus reposés, et avec plus d’énergie », explique le professeur adjoint en psychologie de l’Université de San Francisco, Kevin Eschleman, qui a mené l’étude.

Évidemment, il ne faut pas consacrer trop de temps à un loisir, quel que soit l’intérêt qu’on lui porte. Certaines passions, très onéreuses, peuvent devenir un gouffre financier. Le temps passé à un loisir ne doit pas empiéter sur celui à consacrer aux activités professionnelles.

Mais qui trouve le bon équilibre entre travail et loisir verra son entrain et son énergie s’accroître en peu de temps. « Trouvez une activité qui vous passionne véritablement et engagez-vous à la faire, conseille Jaime Kurtz. Malheureusement, quand on est débordé, on a tendance à sacrifier ses loisirs, parce qu’on les perçoit comme un luxe, et non quelque chose d’essentiel pour sa santé et son bonheur. »

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller