La retraite chez les femmes

Une étude révèle que les femmes retraitées s’inquiètent de manquer d’argent.

test

Les femmes récemment retraitées se préoccupent plus que les hommes de faire durer leurs économies et ont des priorités financières différentes. Leur inquiétude face à un éventuel manque d’argent s’explique peut-être par le fait que, statistiquement, elles vivent généralement plus longtemps que les hommes. Autre facteur : elles gagnent généralement un salaire inférieur durant leur vie active. Autrement dit, les femmes ont moins de fonds, mais elles doivent les faire durer plus longtemps.

Les priorités financières des femmes diffèrent de celles des hommes. Selon l’étude du Groupe Investors, elles sont 14 % plus nombreuses à vouloir laisser un héritage à leur famille ou à des œuvres caritatives.

Leurs priorités financières diffèrent aussi de celles des hommes. Selon l’étude du Groupe Investors, elles sont 14 % plus nombreuses à vouloir laisser un héritage à leur famille ou à des œuvres caritatives. Devant la perspective d’une manne subite, 67 % des femmes répondent qu’elles la donneraient à une bonne cause, alors que 47 % des hommes feraient de même.

Trop dépenser vs se priver

Évidemment, trop dépenser à la retraite peut poser problème. Mais qu’en est-il de la privation ? Si la crainte de manquer d’argent vous rend excessivement économe, vous risquez de vous priver d’activités qui vous feraient pleinement profiter de vos belles années.

Prenons l’exemple des voyages : c’est l’une des grandes priorités des préretraités sondés. La vaste majorité (81 % des femmes et 89 % des hommes) entend utiliser son argent pour voyager et s’adonner à d’autres passe-temps à la retraite. Par contre, près des deux tiers des récents retraités ont du mal à trouver le juste équilibre entre préserver leurs économies et profiter de la vie. Il est intéressant de constater que cette difficulté est davantage ressentie par les répondants sans conseiller financier.

La clé, semble-t-il, pour profiter pleinement de la retraite, est la préparation. Une étude de Statistique Canada utilisant les données de l’Enquête canadienne sur les capacités financières de 2014 conclut que les répondants faisant affaire avec un conseiller financier avaient de meilleures connaissances financières.

Il semble donc que, peu importe que vous soyez de Vénus ou de Mars, l’étape la plus importante consiste à discuter de vos priorités et de vos préoccupations avec un professionnel. Ensemble, nous pouvons élaborer un plan qui vous aidera à vivre votre retraite l’esprit en paix.

À propos de l’étude du Groupe Investors

Sondage en ligne mené auprès de 1004 nouveaux retraités ou personnes approchant de la retraite (50 ans et plus), entre le 18 février et le 23 février 2016 au moyen du portail en ligne de Léger, Legerweb. L’échantillon a été réparti également entre les personnes prévoyant prendre leur retraite au cours des cinq prochaines années (n=502) et les personnes ayant pris leur retraite au cours des cinq dernières années (n=502). Un échantillon probabiliste de même taille aurait une marge d’erreur de +/- 3,1 %, 19 fois sur 20.


À familles reconstituées, finances séparées

Explorons l’aspect financier d’une nouvelle relation amoureuse pour un baby-boomer.

Se marier ou s’engager dans une union de fait est un peu plus compliqué à mesure qu’on avance dans la vie – à tout le moins du point de vue financier. Contrairement aux jeunes en début de carrière, vous avez probablement déjà des placements, des propriétés ou d’autres éléments d’actif. Et si votre nouveau partenaire ou vous-même avez des enfants, il vous faudra tenir compte des particularités financières propres aux familles reconstituées.

Comme Simone, qui renoue avec l’amour à 56 ans, beaucoup de Canadiens veulent s’assurer que leurs biens iront directement à leurs propres enfants à leur décès. « Mon nouveau conjoint de fait et moi avons tous deux des enfants d’un précédent mariage, explique-t-elle, alors nous voulons garder séparés nos patrimoines pour les laisser à nos familles respectives. »

La définition d’union de fait varie d’une province à l’autre, tout comme les lois régissant la répartition des biens au décès (même pour les couples mariés !). Dans certaines provinces, par exemple, le mariage rend caduc le testament préexistant. Il est donc sage de mettre à jour votre testament lorsque votre état civil change, peu importe où vous habitez. Et profitez de cette visite chez le notaire pour mettre aussi à jour vos procurations si vous en avez, ou pour en établir si vous n’en avez pas encore. Une procuration vous permet de nommer une personne pour agir en votre nom si vous n’êtes plus apte à le faire.

La personne nommée peut être la même que l’exécuteur testamentaire/le liquidateur désigné dans le testament, mais ces deux documents juridiques sont distincts et n’entrent pas en vigueur au même moment. Lorsqu’il s’agit d’actifs financiers, n’oubliez pas que vous pouvez désigner quiconque (même un organisme de bienfaisance) comme bénéficiaire d’un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou d’un régime enregistré d’épargne-retraite (REER). Toutefois, il existe des dispositions particulières de transfert en franchise d’impôt au décès selon que vous désigniez comme bénéficiaire un époux, un conjoint de fait ou un enfant ou petit-enfant financièrement dépendant. Vous devriez aussi tenir compte des polices d’assurance, nouvelles et préexistantes, et de leurs répercussions sur votre plan financier. Par exemple, désigner votre conjoint comme bénéficiaire de vos polices peut s’avérer un moyen efficace de lui laisser quelque chose tout en réservant le reste de votre patrimoine à vos enfants.

Plus âgés et plus avisés

Il est aussi préférable de protéger votre actif au cas où la relation ne fonctionnerait pas. Un contrat de mariage (souvent appelé accord prénuptial quand on le signe avant de se marier), ou un accord de cohabitation pour les conjoints de fait, établit les règles à appliquer en cas de séparation ou de divorce. Il peut traiter de pension alimentaire au conjoint et de division de l’actif mis ou acquis en commun (p. ex. des propriétés, des véhicules ou des héritages). On peut signer un contrat de mariage ou un accord de cohabitation à n’importe quel stade de la relation.

« Quand j’étais mariée, c’était assez simple : on partageait 50/50 et les enfants étaient notre grande priorité, confie Simone. Mais avec des enfants et des petits-enfants, il faut tenir compte de beaucoup plus de choses quand on s’engage dans une nouvelle relation. »

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller