Ne succombez pas à l’attrait du luxe

Le phénomène des « voisins gonflables » a pris d’assaut toutes les régions du Canada, où il cause plus de mal que de bien. Comme notre style de vie devient axé davantage sur le numérique, les consommateurs de tous âges sont de plus en plus susceptibles d’y succomber.

test

Ce n’est pas nécessairement le cas dans votre voisinage, mais nous connaissons tous le phénomène des « voisins gonflables ». Les experts utilisent une expression moins imagée pour décrire ce phénomène. Ils parlent plutôt de « consommation ostentatoire ».

Cette expression, inventée par Thorstein Veblen, économiste et sociologue américain d’origine norvégienne, s’applique à des consommateurs qui dépensent pour acheter des articles destinés à montrer leur richesse ou leurs revenus, plutôt qu’à répondre à un besoin réel.

La consommation ostentatoire ou le besoin de rivaliser avec ses voisins rend rarement les gens heureux. En fait, il est plus probable qu’elle provoque des difficultés financières, selon une nouvelle étude de l’Université de l’Alberta.

Barry Scholnick a mené en 2016 une étude portant sur l’incidence qu’un gain à la loterie avait sur les voisins immédiats du gagnant. Pour chaque tranche de 1000 $ du lot gagné, il a découvert que les voisins du gagnant couraient 2,4 % plus de risque de déclarer faillite. Le risque augmente si le gagnant décide de dépenser son argent sur des biens visibles comme des rénovations, une voiture ou un bateau, plutôt que sur des actifs invisibles comme des placements ou l’épargne.

Selon le professeur Scholnick, ce sont-là des preuves statistiques du phénomène des voisins gonflables.

L’endettement des Canadiens atteint des sommets quasi records

Il semble bien que les gens souhaitent se démarquer au détriment de la constitution d’un plan d’épargne solide. Récemment, les médias ont dépeint un portrait alarmant de nombreux ménages canadiens. D’abord, selon Statistique Canada, le fardeau de la dette des ménages (ratio de la dette d’un ménage à son revenu disponible) a très légèrement baissé au premier trimestre de 2016, pour atteindre 165,3 %, soit à peine moins que le record de 165,4 % établi au quatrième trimestre de 2015. En parallèle, le revenu disponible des ménages a progressé à un rythme modéré pour le même trimestre.

Ensuite, une étude menée en 2016 par Ipsos Reid a révélé que la moitié des Canadiens sont à 200 $ de ne pas être en mesure de payer leurs factures mensuelles et que le quart des Canadiens ont déjà atteint le point où ils n’étaient plus capables de payer.

De nos jours, les jeunes veulent non seulement avoir les choses que leurs camarades de classe possèdent, comme les nouvelles chaussures de sport à la mode et des fournitures scolaires dernier cri, mais ils veulent aussi ce que les jeunes starlettes d’Hollywood ont. Ils n’ont pas vu ça à la récréation, mais sur Instagram.

Enfin, le directeur parlementaire du budget a annoncé au début de 2016 que le Canada avait enregistré la plus forte augmentation de la dette des ménages par rapport au revenu parmi tous les pays du G7 depuis 2000.

Qu’est-ce qui stimule la consommation ? L’émission L’Incroyable Famille Kardashian est probablement mieux connue des enfants du millénaire et de la nouvelle génération que le phénomène traditionnel des voisins gonflables. Il en est ainsi parce qu’Internet a lancé une tendance mondiale qui a amené la vie des gens riches et célèbres dans nos foyers ou encore, plus précisément, directement dans la poche où nous gardons notre téléphone intelligent. Nous regardons les célébrités à la télévision, nous les suivons sur les médias sociaux et nous ne pouvons oublier leur existence grâce à une constante publicité ciblée.

Robert Frank, économiste et professeur à la Cornell University, ainsi que d’autres spécialistes des sciences sociales qualifient ce phénomène de « course au luxe ». De plus en plus, les adolescents et les enfants sont touchés, puisqu’ils possèdent leur propre part du portefeuille des consommateurs. Par l’entremise de la télévision et des médias sociaux, ils sont bombardés de messages de leurs pairs et de célébrités qui semblent plus heureux ou plus riches qu’eux, ce qui rend leur source d’envie encore plus vaste que celle de leurs parents ou des générations précédentes.

De nos jours, les jeunes veulent non seulement avoir les choses que leurs camarades de classe possèdent, comme les nouvelles chaussures de sport à la mode et des fournitures scolaires dernier cri, mais ils veulent aussi ce que les jeunes starlettes d’Hollywood ont. Ils n’ont pas vu ça à la récréation, mais sur Instagram.

L’herbe est verte chez vous aussi

La prochaine fois que vous regarderez l’herbe plus verte par-dessus la clôture du voisin, rappelez-vous les idées suivantes pour surmonter l’envie de faire les mêmes dépenses de prestige. Donnez une priorité à vos désirs et dépensez pour ceux qui importent le plus pour vous. Faites des achats réfléchis et posés. Sachez reconnaître les facteurs qui influent sur vos décisions d’achat. Élargissez votre cercle social et recherchez des options de sorties plus abordables. Rappelez-vous toutes les choses dont vous pouvez être reconnaissant et répétez-vous que « la comparaison est le voleur de la joie ».


Sources :

business.financialpost.com/financial-post-magazine/how-to-get-out-of-debt-now-before-canadas-spending-bender-comes-home-to-roost

business.financialpost.com/investing/outlook-2016/canadians-household-debt-highest-in-g7-with-crunch-on-brink-of-historic-levels-pbo-warns

theglobeandmail.com/report-on-business/economy/canadas-household-debt-holds-near-record-levels-growth-moderates/article30444416/

theglobeandmail.com/report-on-business/careers/business-education/the-true-cost-of-keeping-up-with-the-joneses/article29491497/

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller