Les finances familiales avant tout !

Même si on a mis beaucoup d’argent de côté, une assurance constitue encore la meilleure sécurité financière pour notre famille.

test

Le principal devoir d’un parent est de prendre soin de ses enfants. Ce qui consiste habituellement à leur fournir des vêtements, de la nourriture, un toit… mais aussi à garantir qu’ils seront à l’abri financièrement si on ne peut plus subvenir à leurs besoins.

Ces personnes devraient plutôt songer à investir dans une assurance vie et une assurance en cas de maladie grave afin de préserver la sécurité financière de leur famille lorsqu’elles ne pourront plus travailler.

Certains parents ont accumulé un bon pécule et croient que cet argent sera suffisant pour leurs enfants. Ils oublient toutefois que l’épargne-retraite est imposable, et que leur progéniture ne pourra pas bénéficier du plein montant qu’ils ont mis de côté. Ces personnes devraient plutôt songer à investir dans une assurance vie et une assurance en cas de maladie grave afin de préserver la sécurité financière de leur famille lorsqu’elles ne pourront plus travailler.

Bonnie Siemens, directrice des services d’assurance du Groupe Investors, croit que, si on sait les choisir intelligemment, une assurance vie et des prestations du vivant peuvent protéger notre patrimoine pour les générations à venir. Voici pourquoi vous devriez prendre une assurance.

Un revenu exempt d’impôt

Une police d’assurance vie n’est pas imposable. Si vous payez des primes de votre vivant, vous serez assuré qu’une somme fixe sera transférée à vos enfants ou vos petits-enfants. Et cet argent n’a pas à être utilisé pour des biens imposables, comme la vente d’un chalet familial. Autre usage de l’assurance vie : elle permet de soutenir un organisme caritatif, en lui léguant une prestation de décès exonérée d’impôt. « Les personnes qui ont accumulé un certain patrimoine peuvent utiliser l’assurance vie pour soutenir les organismes qui leur tiennent à cœur », explique Mme Siemens.

De l’argent pour des soins

Les personnes qui ont de l’argent de côté pourraient considérer l’option de souscrire à une police d’assurance en cas de maladies graves. Si elles sont diagnostiquées comme souffrant d’une maladie mortelle, telle que le cancer, un AVC ou un infarctus du myocarde, elles recevront des prestations qu’elles pourront dépenser comme bon leur semble, par exemple pour financer un voyage dans un autre pays pour accéder à des soins médicaux.

Mme Siemens a vu des gens utiliser leur prestation pour se rendre à la clinique Mayo, aux États-Unis, afin d’obtenir des traitements qui n’étaient pas offerts au pays. « Ils ont pu avoir ces soins sans toucher à leurs économies. »

Vous pouvez aussi opter pour une assurance de soins de longue durée, une police qui verse un certain montant mensuel afin de couvrir les soins à domicile ou dans un établissement hospitalier. « Ce revenu n’est pas imposable, et il permet d’obtenir des soins à domicile sans avoir à toucher à notre patrimoine », fait valoir Mme Siemens.

Des économies

Si vous pensez avoir besoin de beaucoup d’argent pour votre retraite, mais que vous ne voulez pas gruger dans votre capital, envisagez une assurance vie permanente. L’argent s’accumulera dans votre compte – certaines polices offrent même des dividendes – et vous pourrez y accéder de votre vivant. « On peut s’en servir comme garantie pour un prêt commercial, suggère Mme Siemens, ou comme mise de fonds pour acheter la part de notre entreprise que possèdent nos partenaires. »

Demandez conseil

Il n’est pas facile de déterminer le type d’assurance vie ou de prestations du vivant qu’il nous faut, surtout si on possède une certaine fortune. Mme Siemens recommande de s’adresser à un conseiller financier qui examinera nos actifs, nos objectifs et les conséquences fiscales sur notre succession au moment de notre décès, afin de nous proposer un scénario qui nous convient.

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller