Donner au suivant

Devenir membre d’un conseil d’administration permet d’étendre son réseau professionnel et de mettre à profit son expérience... différemment.

test

Après avoir pratiqué le droit pendant près de trente ans, Julie Jai décide qu’il est temps de s’investir dans sa communauté. En juin dernier, alors qu’elle travaille toujours comme avocate, elle tombe sur l’annonce d’un poste au sein du conseil d’administration du St. Joseph’s Health Center de Toronto. Le poste est bénévole, ce qui ne freine en rien son élan. Elle pose sa candidature sans tarder. « C’était la meilleure façon de donner en retour », dit-elle.

C’était il y a près d’un an. Non seulement en a-t-elle appris beaucoup sur le fonctionnement des hôpitaux, mais elle s’y est fait de précieuses connaissances : « Mon expérience a été profitable sur de nombreux plans. Des relations professionnelles se sont tissées, mais aussi de nouvelles amitiés. »

Les conseils d’administration permettent d’exercer ses compétences autrement, de découvrir de nouveaux secteurs d’activité et de faire de nouvelles rencontres.

Ceux qui sont tentés par une expérience professionnelle différente gagnent à s’inspirer de l’exemple de Julie. Les conseils d’administration permettent d’exercer ses compétences autrement, de découvrir de nouveaux secteurs d’activité et de faire de nouvelles rencontres.

Selon Richard Leblanc, professeur de droit et conseiller en gouvernance d’entreprise à l’Université York, il est plus facile qu’il n’y paraît de s’intégrer à un C.A. Les organisations caritatives, les entreprises privées et les grandes sociétés publiques sont toujours à la recherche de membres pour leur conseil. Il suffit de s’introduire dans le circuit, de se faire connaître.

Dans le cas des conseils d’entreprises, l’expérience est un atout indéniable. « Avant de recruter un nouveau membre, affirme le spécialiste, on contacte souvent les membres des comités sur lesquels il a siégé auparavant, dans le but de s’informer sur ce candidat, sur sa façon de travailler, seul ou en équipe, sa préparation aux réunions, son intégrité, son leadership, etc. »

En général, la durée minimale d’un mandat est de deux ans. Toutefois, Richard Leblanc estime que les administrateurs gagnent en efficacité à partir de la 3e année. Vous devez également être prêt à travailler de 5 à 15 heures par semaine. Si certaines entreprises versent une rémunération, ce n’est pas le cas des organismes communautaires.

Le plus grand défi des administrateurs est de tenir le cap pendant plusieurs années. La gageure n’est pas insurmontable, de l’avis de Julie Jai : « Pour garder sa motivation, il faut adhérer à un conseil dont la mission nous passionne réellement. »

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller