À la gloire de la Coupe Grey

Brendan Taman, directeur général des Roughriders, revient sur son parcours jalonné de succès.

test

Avant le début de la saison 2014, Brendan Taman, directeur général des Roughriders de la Saskatchewan, aurait pu s’accorder une pause bien méritée. Après tout, son équipe s’est vue remettre le trophée de la Coupe Grey après une écrasante victoire, la quatrième dans l’histoire de l’équipe centenaire et la première gagnée à domicile, à Regina. Mais diriger un club dont les partisans sont les plus fanatiques de la Ligue canadienne de football l’oblige à composer avec une pression toujours intense, voire encore plus forte. « Tout le monde s’attend à nous voir gagner de nouveau, ironise Taman. Et dans une province où le football est à ce point pris au sérieux, c’est à se demander qui, du peuple ou de moi, est le réel directeur de l’équipe ! »

Né à Saskatoon, Taman a toujours été fan des Roughriders. Mais diriger l’équipe ? Il n’y avait jamais pensé.

Né à Saskatoon, Taman a toujours été fan des Roughriders. Mais diriger l’équipe ? Il n’y avait jamais pensé. En 1984, à la fin de ses études secondaires, il obtient un emploi au Canadien National. Deux ans plus tard, alors âgé de 21 ans, il rencontre Dan Rambo, le responsable du personnel des joueurs des Roughriders, qui l’embauche pour effectuer toutes sortes de travaux. « Dans ce milieu, explique Taman, tout dépend de vos relations, de qui vous rencontrez. » Il gravit un à un les échelons, jusqu’à être nommé directeur général adjoint des Lions de la Colombie-Britannique, en 1999. Un an plus tard, il est aux commandes des Blue Bombers de Winnipeg. Après 10 saisons, il démissionne. L’équipe de la Saskatchewan le sort de son congé et lui demande de venir à la rescousse, après que les Roughriders aient perdu en finale deux années d’affilée. Les attentes sont élevées lorsque Taman reprend le flambeau.

Fruits des efforts combinés de Taman et de l’entraîneur Corey Chamblin, la suite appartient à l’histoire. Ensemble, ils ont étudié l’alignement des joueurs pour optimiser les combinaisons. Taman s’est attaqué à la gestion du plafond salarial de l’équipe, au recrutement de nouveaux joueurs et à l’organisation des périodes d’entraînement.

Cet acharnement présage-t-il une nouvelle victoire ? C’est ce qu’espère la Rider Nation (les fans). Quant à Taman, il est simplement comblé par sa première Coupe Grey : « Ils pourraient me congédier aujourd’hui et je serais tout de même heureux. »

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller