Essoufflement du rebond économique : une croissance de 3,0 % en juillet, selon Statistique Canada

OTTAWA — Le rebond de l’économie canadienne qui a suivi le déconfinement s’est essoufflé en juillet et peut-être davantage en août, selon Statistique Canada. Il semble donc que la route de la reprise sera longue et cahoteuse au pays.

test

Selon Statistique Canada, le produit intérieur brut réel a augmenté de 3 % en juillet. Ce taux est conforme à ses estimations préliminaires et aux prévisions des économistes, mais il est inférieur aux taux de 4,8 % et de 6,5 % enregistrés en mai et juin, respectivement.

Des gains ont été associés à la levée des mesures de confinement qui avaient contraint les entreprises non essentielles à fermer leurs portes en mars et en avril, mais ils n’ont pas suffi pour ramener l’économie aux niveaux d’avant la pandémie.

Selon Statistique Canada, dans l’ensemble, le taux de croissance économique de juillet est inférieur d’environ 6 % au taux de février, c’est-à-dire au taux d’avant la pandémie, bien que certains secteurs, comme le commerce de détail et l’immobilier, aient largement regagné le terrain perdu.

Pour le mois d’août, Statistique Canada s’attend à une croissance du PIB, mais plus modeste; le taux préliminaire est de 1 % pour le mois.

« Cela indique un essoufflement de la reprise et nous pourrions donc passer d’une phase de rebond rapide à une phase plus difficile de la reprise », a observé l’économiste Sri Thanabalasingam, de la Banque TD.

Les données du mois d’août seront finalisées à la fin du mois prochain.

Pour ce qui est des prochains mois, la trajectoire de la reprise dépendra de l’évolution de la pandémie. Un retour des mesures restrictives est possible.

L’augmentation des cas d’infection fait craindre un tel scénario, alors que le pays connaît ce que plusieurs responsables de la santé publique appellent une deuxième vague de la pandémie.  

L’économiste en chef de la Banque CIBC, Avery Shenfeld, a souligné dans une note que, étant donné l’augmentation des cas de COVID-19 et le taux de croissance du mois d’août, il semble que le rebond vigoureux ne se poursuivra pas durant les trois derniers mois de l’année.

« L’assouplissement des restrictions liées à la COVID-19 a alimenté une croissance appréciable du PIB du Canada en juillet et en août. Reste à savoir si ce déconfinement va nous coûter », a-t-il écrit.

Selon le Conference Board du Canada, les mesures sanitaires et les tests de dépistage devraient empêcher un arrêt complet de l’activité économique comme celui que nous avons connu en début d’année, mais des mesures de confinement localisées auraient un effet négatif.

L’économiste en chef du Conference Board, Pedro Antunes, estime que la pandémie aplatira la courbe de la reprise au moins pour la prochaine année.

« Moins d’emplois seront créés chaque mois et la croissance du PIB, qui reflète l’activité économique, sera beaucoup plus modeste », a-t-il souligné.

Selon les prévisions du Conference Board, il faudra attendre 2025 pour voir le chômage renouer avec les taux d’avant la pandémie.

M. Thanabalasingam estime qu’il faudra peut-être attendre le début de 2022 pour voir l’économie se hisser aux niveaux d’avant la pandémie.

Dans son rapport sur le PIB de juillet, Statistique Canada a noté que les 20 secteurs qu’elle étudie ont enregistré une hausse en juillet. L’agriculture, les services publics, la finance, les assurances et l’immobilier ont regagné le terrain perdu depuis le début de la pandémie.

Le secteur manufacturier a progressé de 5,9 % en juillet, après une croissance de 15,1 % en juin, grâce à une accélération de la production, tout en restant environ 6 % en deçà de son niveau d’avant la pandémie.

Durement touché, le secteur de l’hôtellerie et de la restauration a enregistré un taux de croissance à deux chiffres pendant trois mois d’affilée, inscrivant un bond de 20,1 % en juillet. 

M. Thanabalasingam est d’avis que, malgré le rebond, l’activité de ce secteur représentait environ les deux tiers du niveau enregistré en février, la consommation se redressant et le nombre de cas d’infections diminuant.

Ces taux de croissance sont certes vigoureux, mais il y a encore beaucoup de chemin à faire, selon lui.

« Ce qui m’inquiète, c’est une éventuelle augmentation du nombre de cas, qui inciterait certaines de ces provinces à imposer un reconfinement partiel... dans ce cas, faut-il en conclure que ces secteurs ne peuvent pas espérer mieux? ».

Le secteur des soins de santé et de l’assistance sociale a enregistré une croissance de 3,7 % en juillet, car un nombre croissant de laboratoires et de cabinets médicaux et dentaires ont rouvert leurs portes à la suite de l’assouplissement des restrictions. 

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 30 septembre 2020.

Jordan Press, La Presse Canadienne

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller