En raison de la COVID-19, les Canadiens ont modifié leurs comportements d’achat de nourriture et leurs habitudes de consommation – le point de vue des experts

Plus tôt cette année, faire l’épicerie est passé de routine hebdomadaire à sport de gladiateurs pour de nombreux Canadiens. Dans la frénésie de stockage de provisions au début de la pandémie, certains consommateurs ont acheté en grosse quantité et accumulé des surplus, paniqués par une éventuelle perturbation de la chaîne d’approvisionnement.

test

Avec les achats en ligne, moyen adopté par plusieurs, les habitudes d’achat dont dû être adaptées non seulement dans la façon dont nous consommons la nourriture, mais aussi en ce qui a trait à la quantité que nous gaspillons.

Ces dernières années, le gaspillage alimentaire a été une source de préoccupations majeure pour l’industrie des services alimentaires, car les changements climatiques et les catastrophes naturelles ont exercé une pression croissante sur les ressources mondiales. Aujourd’hui, les nouvelles recherches attribuent une partie du problème aux déchets alimentaires à la maison, d’autant plus que la pandémie de COVID-19 a modifié les habitudes d’achat et de dépense, du moins pour un avenir prévisible. 

Dans l’étude Consumer insights survey effectuée par le groupe Mustel pour le Conseil national zéro déchet et J’aime manger pas gaspiller Canada, 61 % des Canadiens achètent plus de nourriture quand ils vont à l’épicerie, et parmi ces ménages, 40 % déclarent en acheter « une grande quantité » ou « beaucoup » plus. Selon le rapport, 63 % de la nourriture que les Canadiens jettent ou compostent aurait pu être consommée, ce qui équivaut à environ 1 100 $ par année en gaspillage alimentaire.  Les aliments les plus gaspillés sont les légumes (68 %), les fruits (56 %), les restes (28 %), les produits panifiés (23 %), la viande et le poisson (21 %), et finalement les produits laitiers (12 %).

Lors du récent Terroir Symposium, qui s’est déroulé en mode virtuel cette année, Sylvain Charlebois, professeur et directeur du Laboratoire de recherche en sciences analytiques agroalimentaires de l’Université Dalhousie, a parlé des recherches du laboratoire qui ont permis d’interroger les Canadiens au pays sur les dépenses des ménages, les habitudes spécifiques à la COVID-19 et le gaspillage alimentaire. 

Ce marché est important – le laboratoire s’attend à ce que les ventes d’aliments en ligne triplent cette année en raison de la pandémie, pour atteindre 7 à 8 milliards de dollars canadiens.

M. Charlebois a déclaré que 14 % des Canadiens ont jeté des aliments en temps de pandémie, estimant qu’ils étaient contaminés par la COVID-19 en raison du risque perçu – un défi particulier pour les détaillants, les épiciers et les entreprises tout au long de la chaîne d’approvisionnement, aux prises avec ces craintes et qui ont dû renforcer les procédures d’emballage et de sécurité pour accroître la confiance des consommateurs. Ce changement a mené à une augmentation des emballages en plastique pour la sécurité alimentaire, mentionne-t-il, ce qui a des répercussions importantes sur l’environnement, car ces matériaux non biodégradables finissent dans les sites d’enfouissement.  

Heureusement, les Canadiens adoptent certaines habitudes bénéfiques en cette période. L’enquête du Conseil national zéro déchet et de J’aime manger pas gaspiller Canada suggère que les Canadiens mettent en œuvre des stratégies d’économie alimentaire à la maison, et seulement 14 % des personnes interrogées ont dit qu’elles jetaient davantage de nourriture (cependant, lorsque les personnes déclarent avoir un comportement vertueux, il y a parfois des problèmes de précision dans la perception).

Ceux qui suivent les tendances alimentaires, ou qui ont tenté d’acheter de la levure à tout moment au cours des six derniers mois, sont conscients de l’engouement envers les produits de boulangerie cuisinés à la maison. En fait, M. Charlebois affirme que le prix du pain au détail a diminué de plus de 5 % en raison des différences dans la demande.

« Il s’agit de permettre aux consommateurs de prendre le contrôle de leur propre chaîne d’approvisionnement », dit-il.

 

Cet article, rédigé par Leslie Wu et tiré de Forbes a fait l’objet d’une licence par l’intermédiaire du réseau de publication Industry Dive. Veuillez transmettre vos questions au sujet des licences par courriel à l’adresse legal@industrydive.com.

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller