Radiateurs extérieurs, skis et patins : les articles dans le vent en cet automne de pandémie

TORONTO — Les Canadiens qui se préparent à leur première saison d’automne-hiver « pandémique » pourraient bien se ruer sur les radiateurs extérieurs, les skis, les patins et les bons vieux casse-tête, par crainte de pénurie.

test

Les experts en commerce au détail prévoient que ces articles – et tout ce qui peut servir à lutter contre l’ennui et à profiter du grand air, où le risque de contamination à la COVID-19 est moindre – vont se vendre comme des petits pains chauds, s’ils ne sont pas déjà en rupture de stock.

Lisa Hutcheson, associée directrice au cabinet-conseil J.C. Williams Group, et son équipe ont beaucoup réfléchi, ces dernières semaines, aux produits qui sont susceptibles de connaître des pénuries prochaines, comme ce fut le cas du papier de toilette, du levain, de la teinture à cheveux et des bicyclettes il y a quelques mois.

Ils estiment que la demande portera sur tout ce qui peut avoir un lien avec les loisirs d’intérieur et d’extérieur pratiqués en respectant la distanciation sociale.

« Les gens s’essaient à de nouveaux passe-temps, affirme Mme Hutcheson. J’ai des clientes qui se sont lancées dans la teinture des vêtements, une excellente activité en extérieur… ce secteur est en plein essor. »

Elle pense que les personnes qui ont profité de leurs terrasses cet été vont se déplacer vers la cuisine et commencer à mitonner de petits plats, ou encore se mettre à réfléchir à des projets de réaménagement ou de décoration pour mieux adapter leur cadre de vie à une période prolongée de télétravail.

Elle estime par ailleurs que les gens qui ont goûté aux séances d’exercice en extérieur et aux sports d’été transposeront leurs activités physiques à l’intérieur, et chercheront à se procurer des poids et haltères, des tapis à yoga et des appareils d’exercice.

Brodie Wallace, directeur marchandise à Mountain Equipment Co-op, s’attend à ce que certains clients cherchent à rester actifs à l’extérieur en pratiquant des activités telles que le ski, la planche à neige et la raquette.

« Ces secteurs affichent une croissance respectable sur un an, même si nous sommes encore loin de la cohue dans les magasins, explique-t-il.

« Mais nous estimons que ce que nous observons aujourd’hui est le début d’une tendance, le consommateur se mettant à la recherche des articles dont il aura besoin pour sortir et rester actif en hiver. »

MEC a laissé exposés en magasin les produits d’hiver normalement remisés pendant les mois d’été, parce que les fermetures liées à COVID-19 ont compliqué les travaux d’échange de stocks saisonniers. En fin de compte, les articles ont continué de bien se vendre, même hors saison.

Dans sa chaîne de magasins Zoroast The Fireplace Store, Daniel Kimia rapporte une solide demande pour les foyers, brasiers et radiateurs, parce que les clients cherchent à rendre leurs intérieurs plus douillets et leurs jardins, plus accueillants.

Ces articles sont également attrayants pour les restaurants et les entreprises qui espèrent maintenir leurs activités à l’extérieur malgré la baisse des températures.

« Nous avons du mal à suivre la demande en raison des pénuries de matières premières qui frappent les fabricants, » explique-t-il.

Il estime les ventes de ces produits en hausse d’au moins 20 % dans ses magasins de la Région du Grand Toronto.

Les cheminées, les foyers, les brasiers et les radiateurs extérieurs sont tout aussi convoités à Home Depot Canada.

« Comme les clients cherchent à s’aménager des cours et des balcons toutes-saisons, les produits pour la terrasse et le jardin sont restés populaires bien au-delà de la saison printemps-été, » affirme Carla Moreira, directrice tendances et design de la société, dans un courriel.

La Société Canadian Tire a elle aussi remarqué que bon nombre de clients « cherchent des moyens de prolonger la saison, » tout en prévoyant un pic dans la demande en produits d’intérieur.

« Tandis que nous nous déplaçons vers l’intérieur, les catégories du confort et de l’environnement domestiques, où se classent notamment les radiateurs et les purificateurs d’air, pourront gagner en importance, affirme la porte-parole Cathy Kurzbock dans un courriel.

De même, la sécurité de l’environnement intérieur arrivera en tête des priorités et nous entrevoyons une demande soutenue en produits de nettoyage, notamment les appareils de stérilisation UV que nous nous apprêtons à lancer. »

Ce détaillant s’attend également à ce que les tables de ping-pong et de billard pour les salles de jeux intérieures ainsi que l’équipement d’exercice contribuent fortement à son chiffre d’affaires.

Walmart Canada, pour sa part, observe une forte demande en produits de sécurité, d’épicerie et de santé caractéristiques de la saison hivernale, tels que les médicaments contre le rhume, les vitamines, les congélateurs, les conserves, les radiateurs, les chandelles et les piles.

Les consommateurs font également le plein de jeux vidéo, de patins, de luges, d’articles de rénovation tels que les escabeaux et la peinture, de décorations d’Halloween ou de Noël, de produits d’artisanat et d’articles pour le télétravail tels que les meubles et accessoires informatiques, explique son porte-parole Adam Grachnik dans un courriel à La Presse canadienne.

Claire Hutchings, propriétaire du Dilly Dally Kids Store à Vancouver, a remarqué un engouement nouveau pour les jouets éducatifs, qui s’explique par le fait que certains parents ont décidé de ne pas envoyer leurs enfants à l’école cette année et cherchent à créer des occasions d’apprentissage à domicile.

« Bien des gens se disent, “Bon, l’été est terminé. Si je ne renvoie pas mes enfants à l’école, je suppose qu’il vaut mieux que je leur trouve des activités éducatives”, » explique-t-elle.

Les clients se mettent à la recherche de livres pédagogiques sur les animaux, le corps humain ou les sciences.

D’autres cherchent des jouets qui stimulent l’imagination ou la créativité.

Mme Hutchings rapporte que l’un des jouets en vogue est un jeu de construction constitué d’arches en bois, avec lesquelles l’enfant peut réaliser un arc-en-ciel, des ponts, des tunnels routiers ou des cabanes pour les animaux, tout en développant son habileté par un exercice d’équilibrage et d’empilement. Les parents apprécieraient aussi le fait que ce jeu tient les enfants occupés pendant une période prolongée.

Elle observe également une demande soutenue pour les produits « COVID-19 » préférés depuis le mois de mars, surtout les casse-tête.

Elle ajoute que plus il y a de pièces, mieux c’est, étant donné que l’acheteur compte les assembler en famille ou espère que le jeu dure plusieurs jours.

« Nous avons dû vendre 20 fois plus de casse-tête de 1000 pièces cette année que toute l’année dernière, et nous ne sommes même pas encore entrés dans la période des fêtes, ajoute-t-elle.

Pour s’assurer de ne pas manquer de stock pour cette période de pointe, elle commande tout ce qu’elle trouve en ce moment.

« Nous pensons que le magasinage de Noël va commencer plus tôt cette année, au lieu de l’habituel pic d’avant-Noël.

Il faut également prévoir une hausse des achats en ligne, étant donné que les gens voudront éviter les endroits où il y a foule. »

Cet article de La Presse Canadienne a été publié à l’origine le 12 septembre 2020.

Sociétés citées : (TSX : CTC. A)

Tara Deschamps, La Presse Canadienne

Cet article a été publié par La Presse canadienne et sa diffusion a été autorisée par le réseau d’éditeurs Industry Dive. Veuillez adresser vos questions au sujet des licences par courriel à legal@industrydive.com.

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller