Mise en garde de la Banque du Canada contre une reprise inégale malgré un rebond plus fort que prévu

OTTAWA — La banque du Canada a cherché, ce mercredi, à tempérer l’enthousiasme des observateurs pour un rebond économique plus fort que prévu depuis le creux atteint lors de la crise COVID-19, en citant des tendances inquiétantes révélatrices d’une situation encore loin de la normale.

test

Dans un communiqué, le conseil d’administration de la banque centrale affirme que la reprise de l’activité au troisième trimestre semble plus rapide que prévu en juillet, les provinces ayant rouvert leurs économies au cours de l’été encore plus largement qu’annoncé précédemment.

Les dépenses des ménages ont connu un pic estival en raison de l’accumulation de la demande au cours des mois précédents, où les ménages avaient des liquidités, mais nulle part où les dépenser, en raison de la fermeture de nombreuses entreprises.

Il faut également tenir compte du coup de pouce qu’ont représenté les dépenses massives du gouvernement pour venir en aide aux personnes ayant subi une brutale perte de revenu.

Or, la banque prévient que les indicateurs pointent vers une reprise lente et chaotique.

Le rebond de l’emploi est inégal, surtout pour les mères de famille avec enfants en bas âge, les minorités visibles, les étudiants et les travailleurs à faible salaire. Les prix de l’énergie demeurent en retrait. Les exportations ont augmenté en parallèle avec la demande étrangère, mais restent en deçà de leur niveau d’avant la pandémie, alors que la confiance et les investissements des entreprises sont mitigés.

« Bien que les récentes données recueillies pendant la phase de réouverture soient encourageantes, la Banque s’attend toujours à une récupération lente et en dents de scie, l’économie subissant les effets de l’incertitude et de défis structurels, » selon le communiqué.

Le gouverneur Tiff Macklem doit s’adresser à la Chambre de commerce du Canada ce jeudi au sujet des effets variables de la pandémie de COVID-19 sur divers secteurs et divers groupes démographiques.

Ce qui n’est pas sur le point de changer, c’est le taux directeur de la banque centrale, laissé à 0,25 % ce mercredi.

Il se trouve à ce plus bas niveau historique depuis le mois de mars, où les mesures de confinement avaient plongé l’économie dans la crise et fait chuter l’inflation sous l’objectif de 2 % de la banque centrale. 

Aujourd’hui, l’inflation est près de zéro, entraînée vers le bas par le faible cours du pétrole et la baisse des dépenses en voyages. 

La banque estime que l’inflation restera inférieure à la zone de confort de 2 % à court terme, ce qui implique le maintien d’un taux directeur presque nul jusqu’à la résorption du jeu dans l’économie et à l’atteinte de sa cible d’inflation « de manière durable ».

« Nous n’envisageons pas de voir cette situation se matérialiser avant plusieurs années, » écrit pour sa part Royce Mendes, économiste principal à la CIBC.

Dans son communiqué, la banque rappelle qu’elle se tient prête à faire tout ce qui est nécessaire pour aider l’économie à se remettre de la crise de la COVID-19, entre autres par l’achat continu d’obligations du gouvernement fédéral.

Les experts prennent note de cette allusion à un assouplissement quantitatif, procédé par lequel une banque centrale injecte de l’argent dans l’économie pour stimuler les prêts et l’investissement.

Dans son communiqué, la banque affirme qu’elle ajustera ses interventions afin d’apporter le stimulus monétaire nécessaire pour contribuer à la reprise économique et ramener l’inflation vers la cible.

« Il ne fait plus l’ombre d’un doute que le chemin sera long vers une reprise complète et le comblement du fossé de la production, » écrit Benjamin Reitzes, directeur des taux canadiens et stratégiste en macroéconomie de la BMO, en précisant qu’il s’attend à un processus s’étendant sur plusieurs années. 

La Banque du Canada fournira une analyse plus détaillée de ses hypothèses à long terme pour l’économie nationale la prochaine fois qu’elle fera le point sur les perspectives de sa politique monétaire le mois prochain.

Cet article de La Presse Canadienne a été publié à l’origine le 9 septembre 2020.

Jordan Press, La Presse Canadienne

Cet article a été publié par La Presse canadienne et sa diffusion a été autorisée par le réseau d’éditeurs Industry Dive. Veuillez adresser vos questions au sujet des licences par courriel à legal@industrydive.com.

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller