Sommaire et perspectives des marchés – T4 2019

Les actions nord-américaines ont inscrit leur quatrième progression trimestrielle de suite, ce qui a permis à l’indice S&P/TSX de réaliser son meilleur gain annuel en dix ans.

test

Les actions nord-américaines ont inscrit leur quatrième progression trimestrielle de suite, ce qui a permis à l’indice S&P/TSX de réaliser son meilleur gain annuel en dix ans. Les titres boursiers mondiaux ont grimpé à l’annonce d’un accord commercial entre les États-Unis et la Chine, et quand la Réserve fédérale américaine (la Fed) a abaissé son taux directeur pour la troisième fois en 2019. Ce mini-accord commercial ayant réduit les incertitudes et éclairé les perspectives, les cours du pétrole ont monté, les rendements obligataires ont bondi et les courbes de taux se sont accentuées. Au Canada et aux États-Unis, les courbes de taux, qui avaient fait craindre une récession en s’inversant plus tôt dans l’année, ont repris leur courbe ascendante. Le dollar américain a chuté par rapport à la plupart des grandes devises quand la Fed a décidé de réduire ses taux. La Banque du Canada, plus prudente, a préféré laisser ses taux inchangés. Le dollar canadien s’est apprécié par rapport à la devise américaine à la faveur d’un rétrécissement de l’écart entre les taux américains et canadiens et de la hausse des prix du pétrole. Par conséquent, les rendements en dollars canadiens ont été limités par les placements américains, mais les autres marchés internationaux ont pu compenser dans une certaine mesure.

Les actions canadiennes n’ont pas aussi bien fait que celles des autres marchés importants vu le ramollissement des statistiques économiques, et les élections fédérales canadiennes, qui ont débouché sur la formation d’un gouvernement minoritaire et potentiellement instable, ont été suivies d’une mise à jour économique décevante. La technologie a dominé la performance sectorielle en large partie grâce à l’entreprise de commerce électronique Shopify Inc., et les actions énergétiques ont grimpé parallèlement aux cours du brut. La finance a sous-performé, certaines des plus grandes banques canadiennes ayant dévoilé des résultats trimestriels inférieurs aux attentes. Le secteur de la santé a particulièrement souffert en raison des actions de cannabis, constamment sous pression.   

La technologie et la santé ont été les vedettes du S&P 500. L’apaisement des tensions commerciales a été particulièrement bénéfique pour la technologie. Les actions du secteur de la santé ont rebondi quand, dans la course à la nomination démocrate pour la présidentielle américaine, les candidats progressistes se sont mis à perdre des points dans les sondages face aux candidats centristes, ce qui atténuerait les risques liés aux politiques. Une hausse des rendements obligataires a donné de la vigueur au secteur de la finance, mais a tiré vers le bas les secteurs défensifs des services aux collectivités et de l’immobilier.  

Sur les marchés internationaux, l’Europe prenait du retard sur l’Asie, le Japon faisait de même par rapport au reste de l’Asie, et la plupart des marchés émergents ont engrangé des gains. L’Europe était à la traîne car les investisseurs, satisfaits des progrès sur le front du commerce sino-américain, étaient plutôt préoccupés par la montée des tensions économiques entre les États-Unis et l’Union européenne. Néanmoins, les places boursières allemandes et italiennes ont obtenu de bons rendements. Les élections au Royaume-Uni ont permis aux actions britanniques de revenir dans le vert, et l’Espagne a trébuché quand le parti d’extrême-droite Vox a réalisé d’importants gains électoraux. L’Asie, qui compte de nombreuses économies dépendantes du commerce avec la Chine, a profité du relâchement des tensions commerciales et d’un dollar américain à la baisse. Les actions japonaises ont été soutenues par le discours conciliant de la banque centrale du pays et par les nouvelles mesures de relance budgétaire du gouvernement. À Hong Kong, les manifestations prodémocratie ont plongé le territoire en récession, ce qui a nui aux actions.

Les cours des obligations gouvernementales ont fléchi à l’échelle mondiale avec la hausse des taux. Les actifs à durations courtes ont surclassé les actifs à duration longue avec l’accentuation des courbes. Compte tenu de la réduction de leurs écarts, les obligations de sociétés ont devancé les obligations gouvernementales et, sur certains marchés dont celui des États-Unis, elles ont fini par dégager des rendements positifs. La croissance des obligations américaines de qualité supérieure observée sur la période leur a permis de conclure leur meilleure année depuis 2009. Pendant que les titres à rendement élevé réduisaient leurs écarts à leurs plus faibles valeurs depuis un an et que les actifs de qualité inférieure remontaient, les obligations à rendement élevé ont mieux performé que les obligations de qualité supérieure, et les obligations des marchés émergents ont fait de même par rapport aux obligations gouvernementales des États-Unis et des autres marchés développés.      

L’économie canadienne entame l’année 2020 avec une vigueur moindre que celle de nos voisins du Sud. Il faut dire cependant que l’économie américaine tourne à plein régime en ce début d’année avec une confiance élevée chez les consommateurs ainsi que des prix des actions et des habitations à des niveaux records. Les mesures de relance monétaire, qui produisent leurs effets avec un délai de un à deux ans, soutiendront l’activité tout au long de l’année, tandis que l’atténuation des incertitudes commerciales renforce la confiance des entreprises. La suspension de la production du Boeing 737 Max devrait retrancher une part non négligeable de la croissance américaine au premier trimestre, et la politique intérieure américaine représentera un risque géopolitique au fur et à mesure que l’année avancera, mais les conditions semblent réunies pour que la croissance en 2020 soit meilleure qu’en 2019. Les perspectives pour l’Europe, le Japon et la Chine se sont également améliorées. En décembre, l’indicateur avancé de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques a été relevé d’un cran. La plus longue période d’expansion économique dans les annales ne semble donc pas vouloir se conclure de sitôt.  

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller