Des erreurs financières courantes peuvent révéler des troubles cognitifs

Si une personne âgée de votre entourage fait des choix financiers inhabituels, ce pourrait être le signe d’un début de perte de fonctions cognitives.

test

Si votre mère flambe ses économies de retraite ou que votre père arrête de payer ses factures, faut-il vous en inquiéter?

Oui, répond Mary Schulz, directrice de l’information, des services de soutien et de l’éducation pour la Société Alzheimer du Canada. Un comportement financier étrange « peut être un signe précurseur de démence ».

Aux premiers stades de perte cognitive, les personnes font souvent des achats inhabituels, changent leurs habitudes de placement, cachent leur argent ou accumulent des dettes.

Ce ne sont pas tous là des signes de perte cognitive. En effet, si la banque change son site Web et que votre père a du mal à s’y retrouver, c’est plutôt normal. Cependant, s’il ne sait plus utiliser sa carte bancaire, c’est autre chose. « On parle ici de quelque chose que votre père savait faire couramment, et non de quelque chose qu’il vient tout juste d’apprendre », explique Mme Schulz.

Avec près d’un demi-million de Canadiens qui souffrent de démence aujourd’hui, et plus de 930 000 autres cas prévus d’ici 2031, les proches jouent un rôle important pour déceler la maladie et protéger les finances de leurs êtres chers. « Nous voyons beaucoup plus de problèmes de vulnérabilité financière chez les personnes âgées depuis 10 ans », indique Christine Van Cauwenberghe, vice-présidente, Planification fiscale et successorale, à IG Gestion de patrimoine.

Voici comment savoir si des problèmes liés à l’argent sont attribuables à un ennui de santé, et ce que vous pouvez faire pour aider.

Finances et facultés

 

Gérer ses finances requiert de la mémoire et des compétences cognitives complexes, alors lorsque le cerveau présente des problèmes, certaines compétences financières simples peuvent s’effriter.

La maladie d’Alzheimer touche la mémoire, de sorte que votre mère peut oublier ses mots de passe ou même comment se rendre à la banque. Une personne atteinte d’une autre forme de démence peut avoir de la difficulté à faire des calculs élémentaires ou à comprendre la taxe de vente. D’autres troubles cognitifs peuvent déclencher de la paranoïa ou de l’anxiété. On pourrait alors avoir affaire à une personne qui cache son argent ou qui devient cachottière.

Les troubles cognitifs exposent davantage les personnes âgées au risque d’être victimes d’escroquerie financière : les Canadiens de 60 à 70 ans ont perdu 94 millions de dollars par suite de ce type d’arnaque entre 2014 et 2017 seulement, selon le gouvernement du Canada. Un conseiller financier de confiance peut vous être d’une grande utilité. Comme le conseiller connaît les renseignements financiers de ses clients, il est souvent le premier à déceler une anomalie.

Comment intervenir

 

Tout d’abord, renseignez-vous sur les activités financières de vos êtres chers. Si vous soupçonnez un trouble cognitif, faites-les voir par un médecin afin d’obtenir un diagnostic et écarter d’autres causes. Des médicaments et d’autres maladies peuvent causer des symptômes similaires à ceux des troubles cognitifs.

Puis, assurez-vous qu’il existe une procuration financière. À défaut d’un diagnostic et d’un traitement, les troubles cognitifs s’aggraveront, et une procuration peut protéger le bas de laine de vos proches. 

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller