Cinq priorités financières pour les nouveaux divorcés

Le divorce est une étape difficile, mais mieux vaut régler dès que possible certaines questions financières.

test

Un divorce est un processus très prenant. En plus de la douleur de voir une union se dissoudre et de tourner la page sur un mode de vie, plusieurs enjeux peuvent s’ajouter, comme un déménagement, la garde des enfants et la distribution du patrimoine. « C’est un processus chargé d’émotions, affirme Christine Van Cauwenberghe, vice-présidente, Planification fiscale et successorale à IG Gestion du patrimoine. Et les gens font face à une longue période d’incertitude. »

Annulez toutes les cartes de crédit, les marges de crédit et les prêts hypothécaires conjoints. Vous ne souhaitez pas payer l’abonnement au golf ou la sortie au spa de votre ancien conjoint.

Après la réaction émotive initiale, vous devrez toutefois retomber sur vos pieds et prendre d’importantes décisions financières pour protéger vos actifs et recouvrer votre indépendance financière.

Il est recommandé de s’adresser alors à un conseiller financier, qui peut vous aider à déterminer ce que vous avez et ce dont vous avez besoin, mais vous pouvez dès maintenant réfléchir à certains points. Voici quelques pistes de réflexion.

1. Vendre vos principaux actifs

Lorsque la demande de divorce sera officiellement déposée, vous devrez peut-être vendre certains actifs, comme la maison que vous déteniez en commun ou d’autres choses dont vous souhaitez vous départir, avant de recommencer à neuf. « Déterminez ce que vous souhaitez vendre ainsi que les biens que chaque ex-conjoint conservera », précise Mme Van Cauwenberghe. Pour ce faire, vous devriez consulter un avocat et votre conseiller financier. Vous pourriez, par exemple, vouloir vendre la maison familiale, le chalet, des bijoux, des œuvres d’art et des véhicules. Il est toutefois crucial d’agir vite parce que ce processus peut retarder les procédures de divorce. « Vous devez commencer à discuter de ces sujets dès maintenant », ajoute-t-elle.

2. Fermer vos comptes conjoints

Annulez toutes les cartes de crédit, les marges de crédit et les prêts hypothécaires conjoints. Vous ne souhaitez pas payer l’abonnement au golf ou la sortie au spa de votre ancien conjoint, comme le dit Mme Van Cauwenberghe. Laura Paris, avocate en droit de la famille au cabinet Shulman de Toronto, affirme toutefois que, s’il y a des dépenses conjointes, un compte conjoint devrait être maintenu pour pouvoir y transférer des fonds. « Les ex-conjoints auront ainsi plus de discrétion quant à la manière de dépenser leur agent après la séparation et ils pourront s’ajuster plus rapidement à leur nouvelle réalité », précise-t-elle.

3. Commencez à épargner, pour vous seul

Puisque vous aurez dit adieu à vos comptes conjoints, vous devriez commencer à épargner pour vous seul. « Le plus tôt sera le mieux, selon votre nouvelle situation », affirme Mme Van Cauwenberghe. Vous pourriez devoir demander de nouvelles cartes de crédit, ouvrir des REER, des CELI ou d’autres comptes de placement, ou souscrire une assurance vie ou une assurance médicaments, en particulier si vous étiez couvert par le régime de votre conjoint.

Vous devriez aussi reconsidérer votre style de vie, précise Mme Paris. « Établissez un nouveau budget et, s’il y a lieu, acceptez de renoncer à certains petits luxes que votre ancien mode de vie vous permettait. »

4. Modifiez votre testament et vos bénéficiaires

Vous voudrez modifier rapidement votre testament. Si vous ne souhaitez pas que votre ex-conjoint hérite d’une partie de votre patrimoine, retirez-le de vos bénéficiaires (sachez toutefois qu’il pourrait avoir droit à une partie de votre patrimoine si vos réclamations relatives aux biens familiaux ne sont pas réglées au moment de votre décès). Il en est de même pour les bénéficiaires de votre assurance vie et de vos placements. Il est généralement déconseillé de désigner de jeunes enfants comme bénéficiaires d’une assurance ou d’un régime de placement, mais vous pouvez désigner votre succession et indiquer dans votre testament qui y a droit. Modifiez également vos procurations afin qu’une personne de confiance s’occupe de vos finances si vous n’êtes pas en mesure de le faire vous-même.

5. Créez un fonds d’urgence

« Avoir un conjoint apporte une grande sécurité », affirme Mme Paris, puisque son revenu vous procure un coussin financier en cas de maladie ou d’accident. « Lorsque vous vous séparez, vous perdez cette protection », ajoute-t-elle. Commencez à accumuler un fonds d’urgence le plus tôt possible en mettant de côté une partie de votre salaire dans un compte d’épargne. Cet argent vous sera fort utile en cas d’imprévu.

Des procédures de divorce peuvent être longues et épuisantes, affirme Mme Van Cauwenberghe. Toutefois, en vous concentrant sur votre sécurité financière, vous pourrez lentement mais sûrement recouvrer votre indépendance financière. « Tentez de prendre les rênes de toutes vos affaires », conseille-t-elle.

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller