Planifiez avant de donner

Vous prévoyez faire un don à un organisme de bienfaisance ? Assurez-vous d’en faire d’abord la planification.

test

La plupart des Canadiens versent de l’argent à un organisme de bienfaisance une fois par année, en décembre. Bien que cela soit un geste fort louable, un don de dernière minute n’est toutefois pas la meilleure façon de faire preuve de générosité.

On ne devrait jamais investir ses précieuses économies au hasard et il en va de même des dons de bienfaisance. De nos jours, les Canadiens qui ont l’âme philanthrope s’assurent de planifier tout ce qu’ils donneront, en précisant les montants et les meilleurs modes de versement.

Les gens avisés ont recours à un plan financier et ils devraient faire le même exercice pour ce qu’ils donnent à des organismes, en tenant compte de leurs besoins et de leurs objectifs.

« Les gens avisés ont recours à un plan financier et ils devraient faire le même exercice pour ce qu’ils donnent à des organismes, en tenant compte de leurs besoins et de leurs objectifs, affirme Craig Hughes, directeur de la planification fiscale et successorale au Groupe Investors. Cela leur permet de faire un meilleur usage de leur argent, de préserver ce qui est laissé en héritage, de réduire les impôts et les frais de succession. »

Et que devrait inclure ce genre de planification ? Nos explications.

Comment établir un plan

Selon Craig Hugues, prévoir quelle sera sa contribution à un organisme de bienfaisance est très subjectif. Tout dépend de l’argent dont on dispose, du montant qu’on désire donner et de la façon dont on veut verser cette somme. Comme pour un plan financier, il vaut mieux faire appel à un conseiller.

Commencez par réfléchir aux causes qui vous tiennent le plus à cœur. Selon Craig Hugues, c’est souvent un choix personnel. Par exemple, un hôpital où on s’est fait soigner ou l’école primaire qu’on a fréquentée.

Précisez ensuite de quelle façon vous voulez procéder. Préférez-vous soutenir une seule œuvre de charité pendant plusieurs années ? Contribuer à différents organismes ? Ou plutôt que l’on vous adresse une demande de subvention ?

Fixez un montant annuel pour vos dons, tout comme vous avez établi un objectif pour votre retraite. Si vous désirez allouer 200 000 $ à un organisme au cours des cinq prochaines années, vous devez déterminer comment vous y parviendrez et si votre situation financière le permet.

Assurez-vous également de coordonner vos décisions avec votre plan successoral afin que vos dons continuent d’être octroyés même après votre décès.

Des stratégies à envisager

Il est important de tenir compte dans votre planification de la façon dont vos dons seront versés. Voici quelques stratégies à envisager.

Créer un fonds de bienfaisance
Les fonds à vocation arrêtée par le donateur permettent d’offrir de l’argent de la même manière que le ferait une fondation, mais sans les coûts que cela implique. Une tierce partie (par exemple, une institution financière) veille au capital investi, ce qui ne vous empêche pas de décider à quels organismes le donner. « Vous recevrez un reçu d’impôt pour chaque cotisation au fonds et vous aurez un droit de regard sur ce qui adviendra des revenus », indique Craig Hugues.

Donner à son décès via une police d’assurance vie
L’assurance vie est un bon moyen de verser un montant forfaitaire à une œuvre de charité après son décès. « Cette option garantit que la prestation de décès sera versée en totalité à l’organisme de votre choix et cela permet de bénéficier de certains crédits d’impôt », mentionne-t-il.

Transférer des actions ou des titres cotés en Bourse
Plutôt que de faire un don en espèces, pourquoi ne pas donner des titres boursiers ? « Vous ne paierez aucun impôt sur les gains en capital et vous obtiendrez un reçu d’impôt équivalant à leur pleine valeur », fait valoir Craig Hugues.

Établir une fondation privée
Si vous comptez faire un don valant plus d’un million de dollars, une fondation est tout indiquée. Vous garderez ainsi le plein contrôle de votre argent. « Si vous déboursez un montant substantiel, cette option vous permettra d’associer votre nom ou celui de votre famille de manière significative aux causes de votre choix. »

Autre élément à ne pas négliger : votre temps. « Investissez-vous pleinement dans une cause, recommande Craig Hughes. Votre argent fera sans aucun doute une différence, mais pensez aussi à jouer un rôle actif en tant que bénévole.

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller