L’effet de la solitude sur la santé

Il nous arrive tous de nous sentir seuls. Mais la solitude chronique peut mener à des problèmes de santé majeurs et nécessiter une intervention. Et elle touche surtout les personnes âgées.

test

On a tous besoin de temps pour soi et, parmi les personnes vivant seules, plusieurs mènent des existences riches entourées de leur famille et d’amis. N’empêche que la solitude chronique est l’un des plus grands fléaux auxquels les Canadiens sont confrontés, particulièrement les aînés.

Selon le dernier recensement, les Canadiens vivent plus seuls que jamais. Sur les 14,1 millions de ménages au pays, environ 28 % sont composés d’une personne (un record historique), et nombre de ces personnes sont âgées.

Selon le dernier recensement, les Canadiens vivent plus seuls que jamais. Sur les 14,1 millions de ménages au pays, environ 28 % sont composés d’une personne (un record historique), et nombre de ces personnes sont âgées.

Vivre seul peut causer un isolement social et entraîner de graves problèmes de santé. En 2015, une revue systématique de 70 études attestait que les personnes souffrant de solitude avaient 26 % plus de risques de mourir prématurément. Un second recensement démontrait que le risque d’accident vasculaire cérébral était de 32 % plus élevé pour celles qui ne bénéficiaient pas d’un réseau social adéquat.

« La solitude peut entre autres mener à de l’hypertension, à des problèmes de sommeil et à la dépression, affirme Ami Rokach, psychologue et chargé de cours à l’Université York de Toronto. Elle peut causer la mort prématurée, surtout chez les aînés, ce qui est ahurissant. »

Si l’un des membres de votre famille se sent isolé, vous pouvez l’aider à améliorer sa situation. Il est tout à fait possible de mettre fin à la solitude, même s’il n’y a pas de solution miracle. 

Les aînés les plus touchés

N’importe qui peut être frappé par la solitude. Selon Ami Rokach, les personnes de plus de 85 ans sont toutefois plus à risque. Des études démontrent que 80 % des individus appartenant à cette tranche d’âge en souffrent, comparativement à 20 % de ceux âgés de 65 à 85 ans.

« En vieillissant, on perd nos proches, que ce soit notre conjoint ou nos amis. Nos enfants peuvent déménager », souligne Susana Braslavski, travailleuse sociale du programme de soutien et de parrainage de l’hôpital Baycrest, à Toronto.

De plus, les personnes âgées peuvent être moins actives en raison de leurs problèmes de santé, ce qui peut affecter leur humeur. Certaines sont trop déprimées pour appeler un ami ou pour participer à leurs activités habituelles.

Aider à bâtir des liens

Que peut-on faire lorsque l’un de nos proches se sent isolé ? Selon Ami Rokach, il ne suffit pas de le conduire à un centre communautaire ou de l’inscrire à un cours. Pourquoi ? Parce que la plupart des gens n’aiment pas participer à une nouvelle activité seuls. Ils préfèrent être accompagnés et cela prend des semaines avant de tisser des liens qui leur donneront envie d’y retourner par eux-mêmes.

Commencez plutôt par tenter de comprendre la situation de votre parent, tante ou voisin esseulé. Est-ce un veuf qui croit que ses amis en couple ne veulent plus le voir ? Ou un grand-parent qui n’ose pas appeler de peur que son opinion ne soit pas la bienvenue ? Une fois que vous aurez identifié le blocage psychologique, il sera plus facile de vous y attaquer.

Assoyez-vous avec cette personne et demandez-lui si elle souhaiterait voir des gens plus régulièrement. Si la réponse est oui, étudiez ce qui peut l’aider à cultiver des relations significatives dans sa vie. Selon Susana Braslavski, les aînés savent bien souvent quelles activités ils aimeraient faire, alors plutôt que d’imposer vos idées, privilégiez la discussion. Si vous êtes dans une impasse, un thérapeute peut s’avérer nécessaire puisque, selon Ami Rokach, la solitude peut cacher une dépression ou un autre problème grave.

Prendre le temps d’appeler nos proches peut aussi atténuer considérablement leur solitude. Mais les moments partagés en personne ont encore plus de valeur, surtout si la personne âgée peut contribuer à l’organisation de cette rencontre, soutient Ami Rokach.

Penser à soi

Évidemment, on peut tous ressentir de la solitude au moment de prendre sa retraite, si on fait face à un divorce ou si on doit déménager dans une nouvelle ville, des situations qui contribuent au sentiment d’isolement.

Selon Ami Rokach, la solitude à court terme est une conséquence normale de certaines épreuves de la vie, mais si ce sentiment est chronique et que vous modifiez votre routine pour éviter de sortir, cela peut devenir problématique. Forcez-vous à fréquenter régulièrement la salle de sport et à planifier des soupers avec des amis. 

Il est difficile d’admettre que soi-même ou l’un de nos proches souffre de solitude, mais il s’agit d’un problème de santé comme un autre auquel on peut remédier. Heureusement, « la solitude est évitable. Il existe des moyens de la combattre », assure Ami Rokach.

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller