Donner comme Warren Buffett

L’homme d’affaires Warren Buffett est aussi riche que généreux. Comment peut-on suivre son exemple même si on n’est pas milliardaire ?

test

Q : Qu'est-il plus incroyable encore que la fortune de Warren Buffett ?
R : Tout l’argent qu’il donne aux gens qui en ont besoin.

En juillet 2017, cet investisseur légendaire s’est rapproché de son objectif de faire don de la quasi-totalité de sa fortune évaluée à près de 70 milliards de dollars américains. Il a donné des actions de sa société Berkshire Hathaway, qui équivalent à environ 3,17 milliards de dollars américains. De ce montant, 2,42 milliards ont été versés à la Bill & Melinda Gates Foundation.

Il n’est pas le seul riche homme d’affaires à avoir annoncé qu’il remettrait la majeure partie de son capital à des œuvres caritatives. La famille Gates, Michael Bloomberg ainsi que Mark Zuckerberg et son épouse Priscilla Chan ont pris le même engagement.

« Ces philanthropes sont d’inspirants modèles », affirme Michael Alberg-Seberich, directeur général de Beyond Philanthropy, qui propose des stratégies de don aux entreprises et aux particuliers.

Si vous n’êtes pas millionnaire, vous pensez peut-être qu’il est impossible d’être aussi généreux que Buffett ou Gates. Ce qui est faux, selon Michael Alberg-Seberich. Voici comment vous pouvez donner comme les plus fortunés.

Ciblez une cause

Même si vous n’avez pas des milliards à offrir, vous pouvez faire une différence si vous visez une cause en particulier. Par exemple, la famille Gates a choisi d’investir dans les soins de santé consacrés aux personnes défavorisées. Elle souhaite notamment enrayer la malaria.

Investissez-vous dans une cause qui vous tient à cœur. Lorsque son fils Graham est décédé des suites de complications liées à la schizophrénie, c’est ce que J. Anthony Boeckh et sa famille ont fait. En 1990, ils ont créé la fondation Graham Boeckh, qui finance la recherche sur les maladies mentales touchant les jeunes et dont la réputation est désormais mondiale.

« Cette fondation n’emploie que deux ou trois personnes, mais elles sont assidues et maintiennent depuis longtemps leur objectif », observe Michael Alberg-Seberich.

Mettre sur pied une fondation est une entreprise ambitieuse qui n’est généralement possible que si l’on dispose d’un budget d’au moins 50 000 $ par année. Si on n’a pas cette intention, mais qu’on désire savoir comment notre argent sera administré, on peut aussi créer un fonds de bienfaisance.

Unissez-vous

Chaque dollar compte, mais si vous désirez faire un don significatif, pourquoi ne pas vous associer avec d’autres afin de mettre vos ressources en commun ?

« Au Canada, il y a un grand nombre de fondations communautaires », affirme Michael Alberg-Seberich. Les donateurs se rencontrent pour discuter d’une cause en particulier, parler de leurs expériences et faire preuve d’une générosité commune. Puisqu’ils combinent leurs dons, les montants ne sont pas très élevés. Mais, selon le groupe, ils peuvent amasser jusqu’à 100 000 $ et même davantage.

« On peut simplement réunir des gens autour d’une table ou bien se doter d’une structure pour que ce soit un fonds de bienfaisance au sein d’une fondation ou encore d’une institution bancaire », poursuit-il.

Si vous ne parvenez pas à choisir une cause, mais que vous connaissez un philanthrope d’expérience, il peut être avisé de faire un don à sa fondation. Warren Buffett s’est associé à la famille Gates parce que sa réputation était exceptionnelle pour ce qui touche la santé et la pauvreté dans le monde.

À chacun son philanthrope

Si vous ne parvenez pas à choisir une cause, mais que vous connaissez un philanthrope d’expérience, il peut être avisé de faire un don à sa fondation. Warren Buffett s’est associé à la famille Gates parce que sa réputation était exceptionnelle pour ce qui touche la santé et la pauvreté dans le monde.

Michael Alberg-Seberich observe d’ailleurs que, chaque fois qu’il fait un don à sa fondation, l’investisseur réitère sa confiance envers le couple.

Certaines fondations versent même un montant équivalent aux contributions des donateurs. Si on compte offrir une somme substantielle, on peut exiger qu’elle soit égalée. « On peut dire : “Je ferai un don de 10 000 $ ou de 20 000 $, mais à la seule condition que vous donniez aussi 20 000 $. C’est une pratique très courante au Canada », soutient Michael Alberg-Seberich.

Même si vous n’êtes pas milliardaire, vos dons peuvent avoir un impact significatif. Pour élaborer une stratégie, mettez à profit le sens des affaires qui vous a permis d’accumuler un certain capital. Quoiqu’il n’y ait aucun mal à laisser votre cœur vous dicter comment faire preuve de générosité.

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller