La Vie

Cours toujours


  • Partager sur linkedin

Cours toujours


Impossible de remonter le temps, mais vous pouvez retrouver l’énergie de vos 20 ans : courir autant que possible.

Àl’aube de son 50e anniversaire, Ron Adams s’est mis à réfléchir à sa santé. Comme bien d’autres de son âge, l’homme natif de Victoria voulait se mettre en forme, mais aussi trouver une façon de se dépasser. Une activité répondait à ces deux critères : la course à pied.

Seize ans plus tard, Ron Adams a couru plus de 20 000 kilomètres. Il a réussi 4 marathons (le premier à 50 ans et le plus récent en 2013) et 40 demi-marathons. Ces succès sont source de fierté, mais encore mieux, il jouit d’une meilleure santé grâce à ce sport.

Les gens qui font de l’exercice sont naturellement en meilleure forme que ceux qui ne bougent pas. Une étude récente a toutefois démontré que la course à pied a des bienfaits uniques sur la santé des aînés. Par exemple, elle aide à diminuer le niveau d’énergie dépensée par ceux-ci pour réaliser des tâches plus lentes. « En vieillissant, on veut être le plus efficace possible », explique Rodger Kram, professeur de physiologie intégrative à l’Université du Colorado à Boulder.

À 65 ans, la majorité d’entre nous perdons jusqu’à 25 % de notre efficacité. Des activités de la vie quotidienne, comme se promener, jardiner ou faire du ménage, sont évidemment plus épuisantes. Si une personne peut maintenir son efficacité à un âge avancé, elle sera capable d’accomplir ces tâches sans être à bout de souffle.

Kram et ses collègues ont évalué le niveau d’énergie dépensée en marchant par 30 aînés âgés de 69 ans environ. La moitié des participants couraient au moins trois fois par semaine, et ce, depuis des années, tandis que les autres marchaient régulièrement. L’enquête a révélé que les coureurs ont dépensé autant d’énergie qu’un marcheur de 22 ans, et bien qu’en bonne santé, les marcheurs ont obtenu des résultats moyens pour leur groupe d’âge. « La course à pied favorise l’efficacité musculaire », observe le chercheur.

Les coureurs d’un certain âge ont moins d’incapacités, peuvent soutenir une activité plus longtemps et présentent deux fois moins de risques de mourir précocement.

D’autres recherches appuient celle de Kram : une étude menée en 2008 à l’Université Stanford a rapporté que, comparativement aux non-coureurs, les coureurs d’un certain âge ont moins d’incapacités, peuvent soutenir une activité plus longtemps et présentent deux fois moins de risques de mourir précocement.

Vous n’êtes pas un coureur ? Ne vous inquiétez pas. Il n’est pas trop tard pour vous lancer. Commencez en alternant la course et la marche, à intervalles d’une minute, puis augmentez graduellement votre temps de course chaque semaine.

Le retraité Ron Adams, qui travaille à temps partiel au Coin des coureurs, recommande de prévoir des jours de récupération. « Je ne cours jamais deux jours de suite », précise-t-il. Il adore le sport, mais il connaît ses limites. Il veut demeurer actif et en santé pour les années à venir : « Je m’épuise rarement. Je ne gagnerai pas de course, mais en fait, je n’en ai jamais gagné. »

vous avez des questions?

Nos conseillers examineront vos objectifs financiers et vous aideront à trouver comment les réaliser.

trouver un conseiller